Fond: Simple generous gifts par Devinian

Toutes les publications

GeekWriter 16 405

La musique qui nous immerge pendant nos écrit

C'est avec fierté que je vous annonce que l'acte premier de mon récit est terminé !Je parle bien entendu des actes "classique" d'une histoire, c'est à dire situation initiale tout ça, même si pour ma part, ça empiète beaucoup plus sur les péripéties. En somme, pour moi, un acte c'est surtout lorsque l'on franchit un seuil majeure dans le récit.Je me doute que certains ont des questions ou des commentaires a effectué (et faites les donc avec plaisir), mais là, je voudrai parler de musique. En effet, lorsque j'écris, j'écoute souvent de la musique afin de mieux m'immerger et essayer de faire ressentir quelque chose de similaire à mes éventuels lecteurs. Je voulais partager avec vous ces musiques et demander l'avis de mes éventuels lecteurs sur une musique qui leur paraît plus adapté selon eux et etc... Bref, là, c'est juste pour discuter avec vous mes amis.
 
Déjà, lors des moments un peu "passe-partout" généralement, je me met Luna Radio. Ils ont souvent tendance à mettre des musiques d'ambiance et généralement, je tombe sur quelque chose d'adapté. Mais pour certains moment plus spécifique dans mon récit, je vais vous mettre quelques musiques, chapitre par chapitre.
 
Chapitre 1 :
Lors de l'article de Geek Writer au tout début du récit
Infiltration à l’hôpital
 
Chapitre 2 :
Avant cambriolage
Pendant cambriolage
Tension Soft Driver / Griffon
 
Chapitre 3 :
Discours de Money Maker
Geek s'infiltre à la pizzeria
 
Chapitre 4 :
Theme de Jack Steel Wing
Course poursuite dans la ville
Dans la presse / Pizza Slice prends une décision Voilà, c'est tout pour le moment ! Je vous souhaite à tous de bonnes lectures et un bon week end à rallonge !
 

stronger 6 251

Recul Autocritique 2 du délice... hum...

WELCOME to the internet bande de mémorables joueurs strip-poker !
Deuxième Recul Autocritique de ma chronique ! Cette fois, elle portera sur ma fiction "Memories, Retour dans le monde équestre" #Spoilers
Il s'agit là de ma deuxième fan fiction écrite à ce jour et elle est nettement mieux niveau écriture dans le fond et la forme que mon premier navet !
Néanmoins, elle est loin d'être parfaite et c'est pour cette raison que je suis ici !
Quoi ? De l'auto promo ? Enfin, c'est parfaitement ridicule voyons... Bien sûr que... Oui !
 
Le premier chapitre : Est une simple introduction dans laquelle First s'empare de la magie chaotique de Discord. Twilight l'apprend assez vite de la part de la princesse et décide de contacter Léo.
passons sur le résumé et passons aux défauts !
-Peu de développement et beaucoup de choses inutiles; un chapitre servant à introduire l'histoire en somme.
-Toujours quelques trucs qui agressent l’œil au niveau de la narration.
Les plus.
-Une introduction plutôt réussi avec Discord de l'avais général et un scénario un peu moins axé promenade de santé.
 
Le deuxième chapitre : un chapitre plutôt court mais qui dévoile un aspect intéressant du quotidien extravagant de Léo et de ses amis au manoir.
Les moins.
-Chapitre trop peu aéré et assez peu divertissant... On s'y ennui assez vite, malgré quelques informations intéressantes.
-Retour à une écriture au point de vue interne de Léo. Cela reste, en somme assez médiocre.
Les plus.
-Le caractère reste assez relaxé et insouciant, ce qui donne au point de vue interne, un petit côté rafraichissant.
-La narration n'est pas non plus désagréable et se laisse lire.
 
Le troisième chapitre : Léo débarque avec Le professeur et Eric. Ils sont prêts à en découdre mais sont pris de court par First qui leur tend un piège et inverse les ténèbres et la lumière du coeur de Luna pour en faire Nightmare Moon.
Peu de remarques inédites à faire sur ce chapitre si ce n'est le fait que l'action débarque tardivement.
Le quatrième chapitre : Pas de nouvelles remarques. L'histoire se poursuit bien. Léo se lance à le poursuite de Nightmare Moon avec le M6 tandis que Le professeur et Eric partent avec Celestia au Crystal empire afin d'arrêter First et l'empêcher de s'emparer de la source de magie qu'est le cœur de cristal.
Le chapitre Cinq et Six : Mettent en scène la bataille finale de chaque côté : Léo, M6/Nightmare Moon et Le professeur, Eric, Cadence, Shining armor et Celestia/ First.
Dans les deux cas, la bataille est plutôt intéressante mais a moyen d'être beaucoup plus étoffé et aboutie. Je trouve que j'ai mieux réussi la partie Crystal Empire que Celle du Lycée de Léo.
Et enfin le chapitre final : Ce dernier, nous permet de conclure sur une note plus légère à mon humble avis. Le comique est intéressant et pertinent tout en ajoutant une touche de mystère et de sensibilité.
 
Le mot de la fin !
 
Une fois de plus, le tout est sensiblement sujet à des modifications plus élaborées mais reste néanmoins plus satisfaisant que ma première fiction. L'histoire aura était plus apprécié et bien accueilli, ce qui était encourageant mais souvenez vous !
Un artiste, apprend les règles, les applique, les maitrise pour finalement avoir assez du recul et s'en affranchir !
En effet, il est important de tenter des choses, essayer de nouvelles choses et parfois savoir se montrer audacieux et extravagant dans toute discipline ! C'est la clé du progrès au delà des règles !
Je vous conseille aussi, et pour ma part, c'est ce que je fais, tenir un journal, un brouillon où un callepin pour noter toutes les idées farfelues qui peuvent bien vous traverser la tête !
Personnellement, je ne peux m'en passer... Mon cerveau est pire que tout ! Avant il fonctionnait à 100 à l'heure et maintenant, mes réflexions, mes sentiments, mes idées fusent à une vitesse folle !!!
Je ne sais pas ce qui se passe dans mon esprit déjanté, il fonctionne à 500 % C'est un Bazouf sans nom mais j'adore ça ^^
Continuez d'écrire et à bientôt sur la vaste Web au détour d'un Deviant Art où d'un Rule34 ! Vous savez où me trouver !!!

Show me your moves !
 

Wellen 32 880

Les différents types d'antagonistes ( basé sur la série )

Bonjour bonjour, ce que je vous propose ici n’est pas un mode d’emplois, ni les choses à absolument faire. Je vais parler ici pour parler des différents types d’antagonistes, du moins les principaux.
J’en profite pour dire que mon article précédent sur les “méchants” part à la poubelle aussi. J’ai mal abordé le sujet la première fois, car j’ai oublié un principe extrêmement simple : Le méchant et le gentil ? Ça n’existe pas. Tout est une question d’interprétation du texte, et de comment le texte est tourné. Si le texte cherche à mettre un “méchant” en protagoniste, le “gentil” sera l’antagoniste. Je vais prendre l’exemple de Death Note.
 
Pour ceux qui ne connaîtraient pas et pour faire court, c’est l’histoire d’un jeune homme qui juge le monde actuel corrompu qui tombe sur le cahier de la mort, ou Death Note. Il peut, en écrivant le nom de quelqu’un à l’intérieur, tuer la personne. Il commence donc par tuer les plus grands criminels au monde puis les plus petits, vidant les prisons. Cela attire l’attention d’Interpol et de L, le plus grand détective du monde. Ils jugent “Kira” ( surnom du possesseur du cahier ) coupable de meurtre et tentent de l’arrêter.
 
Dans ce manga, il n’y a ni protagoniste ni antagoniste, ni gentil ni méchant. Le principe est que le texte nous offre le choix de savoir qui nous soutiendrons.
 
Donc, nous allons parler de l’antagoniste en général, sujet compliqué car il existe autant d’antagonistes que de protagonistes ou d’OC. Je vais donc me référer aux principaux de la série, tels que Nightmare Moon, Sombra, Chrysalis, Discord et Celestia.

Donc, commençons pas le premier antagoniste, qui est...
 

Nightmare Moon.

Nightmare Moon, donc, est le type d’antagoniste que nous voyons souvent dans les histoires comme Eragon : Quelqu’un de proche du protagoniste, mais qui, pour des raisons obscures, a changée de voie. Molestia n’est pas une protagoniste, mais elle est clairement du “bon” côté de l’histoire durant les deux premiers épisodes.
On retrouve donc l’antagoniste le plus “basique” dans son mode de fonctionnement et dans sa conception. On retrouve le protagoniste avec une touche de différence, les deux étant généralement liés. Leur histoire est semblable ou alors croisée, mis à part une petite différence qui fait que notre antagoniste devient… Un antagoniste. Je suis original. Mis à part ça, le protagoniste évitera de mettre fin aux jours de l’antagoniste de manière brutale et définitive, puisque qu’ils étaient en quelque sorte proches. Mais, une fois encore, ce dernier point diffère selon les protagonistes. Bref, si vous voulez une histoire tragique ou un protagoniste qui change de côté, cet antagoniste est fait pour vous.
Passons maintenant à un autre type d’antagoniste, celui dont on ne sait rien mais qui terrifie quand même de part sa puissance et ses pouvoirs :

Sombra.
Donc, les antagonistes comme Sombra sont des cas très particuliers. Comme expliqué plus haut, ce sont ceux dont on ne sait rien. Pas de passé et pas d”histoire, juste du pouvoir à l’état pur. Ces antagonistes sont généralement ceux dont on a besoin pour donner un véritable adversaire au protagoniste, ou lui donner un allier puissant. Je citerais Hisoka, de Hunter x Hunter.
Ce genre de personnages se repose essentiellement sur la perception que les autres ont de lui, et sur les tours de force qu’il est capable de réaliser. Ce qui es pratique avec lui, c’est que vous pouvez soit le faire extrêmement charismatique, soit faire en sorte qu’on ne le voit même pas mais qu’il est omniprésent, bref, vous pouvez en faire n’importe quoi. Il peut être soit allié avec le protagoniste, soit son ennemi. Je répète ce point : Il faut que les autres personnages lui donnent une identité de part les sentiments qu’il inspire, sinon cet antagoniste devient raté.
 
 
Passons à un type d’antagoniste qui se rapproche du premier que j’ai cité :

Chrysalis.
 
Cet antagoniste est spécial, du fait qu’il est généralement quelqu’un voulant son bien et celui des personnes qu’il ou elle aime, au détriment du monde si il le faut. Ils sont sans pitié, leurs objectifs passants avant tout le reste. Chrysalis veut nourrir son peuple, par exemple, même si ça soit passer par l’extermination de tout les poneys ou leur asservissement. Prenons Amecareth dans les Chevaliers d’Emeraude, qui veut le bien de son peuple quitte à asservir le reste de l’univers si il le faut. La plupart du temps, ces antagonistes ont une petite touche de cruauté, afin d’éviter au lecteur de choisir son camp entre le protagoniste et l’antagoniste, chose que je déconseille. Si vous voulez créer une incertitude entre qui est le protagoniste et qui est l’antagoniste, je vous le conseil.

Passons maintenant à l’antagoniste le plus étrange qui existe :

Discord.
 
 
Ce genre d’antagoniste existe, eh oui. Discord n’est pas unique.
Généralement, ce sont des antagonistes qui deviennent des protagonistes. Ce sont des personnes ayant un immense pouvoir, et qui font le mal sans s’en rendre compte. Alluka, de Hunter x Hunter, en est un bon exemple. Leur amusement passe avant tout, mais malgré leur immense puissance, ils laissent une chance à l’antagoniste. Discord personnifie littéralement ce genre. Si vous voulez un antagoniste qui n’en est pas vraiment un, ce genre est parfait.
Nous avons donc faits le tour des antagonistes les plus communs. Je ne prétend pas avoir la science infuse et si quelqu’un a une suggestion ou un reproche, qu’il le mette dans les commentaires.

stronger 5 311

Mauvaise fiction [Challenge terminé]

WELCOME to the internet bande de sacs à viandes !!!!
 
L'heure est arrivé !!!
 
Il est grand temps de poser les stylos et de rendre vos copies ^^
Elles seront analysés et je ferais un article avec les membres du jury pour annoncer les résultats
 
#Challenge : La plus mauvaise fiction
 
That's all folks !

stronger 3 323

Recul autocritique 1

WELCOME... To the internet bande de lecteurs/écrivains abreuvés de sang de brebis !!!!!!
 
Cela fait déjà plus de deux ans que je suis actif sur MLPfictions et surtout, cela fait déjà plus de deux ans que ma première fic a été publié et lu et même critiqué (ce qui me fait penser que beaucoup n'ont pas cette chance)
Et donc je suis là, ici, aujourd'hui, devant vous, vous observant dans votre salle de bain... Nevermind !
Donc oui, je suis là pour revenir sur mes premiers écrits et surtout mes fanfics... Car si j'ai commencé à écrire de la fanfic il y a deux ans, j'ai commencé à écrire bien plus tôt !
Personnellement, je suis autodidacte en tout ce qui concerne les arts ! L'art est pour moi la définition de liberté mais attention, il ne faut pas non plus faire n'importe quoi avec cette "liberté"
C'est comme ça que j'ai appris à écrire; Lire, écrire, recevoir des critiques et les accepter et surtout, toujours se remettre en question... Ce que je vais faire maintenant !
 
Dans ma première fanfiction : "Memories, "le monde d'equestria""
Mon but était simple et un peu chiadé : Prendre mon OC principal de mon roman "Memories" et lui faire découvrir le monde d'Equestria, rencontrer les poneys et les faire devenir amis : Oui ! C'est nul ! En tout cas, je trouve que j'aurais pu voir un peu plus loin...
Donc dans cette fiction, on suit les aventures de Léo Pharel, humain cybernétique amnésique appartenant aux dit "êtres élus" et opposés aux "êtres néfastes"
J'ai choisi un point de vue interne. On est donc dans les pensées du personnages et... On voit bien que je ne maitrisais pas tout à l'époque... En fait, je ne vais pas dire que c'est nul mais plutôt très médiocre et débutant.
Mes phrases sont assez courtes et nous font passer du coq à l'âne très rapidement. Cela dit, on pourrait penser qu'il s'agit de la situation qui demande l'action et une perte de temps en narration... Oui et non...
Faire des phrases courtes permet d'enchainer assez vite en montrant que le personnage est vraiment dépassé par ses sentiments. Or ici, il n'y avait pas temps de raison à cela. Je trouve que j'aurais pu personnellement, un peu plus m'attarder sur de la description.
Autre chose. Léo est mon OC. De ce fait, je le connais déjà et cela a été ma plus grosse erreur... J'aurais du en parler en prenant en compte le fait que personne ici, ne connaissait son background.
Au niveau des tournures de phrases ce n'est pas relativement mauvais mais je me rends compte, en lisant mes écrits plus récents que cela pouvait être largement améliorable.
Pour les chapitres : 5
Le premier : Arrivée de Léo : Peu d'informations et d'action malgré beaucoup de narration
Le deuxième : Beaucoup d'informations sur le background amenés lors du dialogue entre FS et Léo : Utile mais lourd. Il aurait fallu développer ça au fur et à mesure dans une éventuelle narration.
Le troisième : Rencontre avec le M6 et là; c'est du meublage sans l'être car oui, on apprend des choses, ça se lit mais encore une fois, aucun intérêt.
Le quatrième : Toujours à ponyville : Encore une fois, et la je vais être dur avec moi même, inutile et niais... Oui ! Rencontre avec des background et rien d'autres...
Le cinquième : Le retour d'un semblant d'action : Pour le coup, je serais tenter de dire qu'il s'agit du seul chapitre intéressant de la fic
En gros et pour moi... Une fiction remplissage. À la base je l'avais écrite pour m'essayer à la fanfic crossover mais là c'est juste un Léo rencontre des poneys donc mon verdict : Lisible mais aucun intérêt !
Je pense que l'écriture était améliorable mais la forme n'était le pire... Non ! Le fond lui était :
-Inutile
-Sans suffisamment d'action
-Trop répétitif (Schéma des rencontres etc...)
 
Les seuls bons points :
-Reste lisible
-L'écriture n'est pas trop mauvaise mais pourrait être plus étoffé... Narration trop proche du parlé...
 
C'était l'autocritique de ma première fanfic : N'hésitez pas à me dire ce que vous pensez de cette rubrique, critique et fiction.
On se retrouve plus tard pour de nouvelles fictions et de nouveaux articles
 
Show me your moves !!!
 
Ps : Pour ceux qui voudraient connaître mon nombre d'OCs, voici une liste avec mes personnages originaux, classés et catégorisés :
 
http://www.deviantart.com/journal/LogBook-first-part-Journal-de-bord-594484688
 
 

stronger 18 604

La plus mauvaise fiction !!! [challenge]

/!\ je suis bourré, shooté aux skittles et armé d'une brosse à dent !!! Et il est 2h45 du matin ^^
 
Donc... Comment vous dire... Heu...
Je vais être direct. Certains d'entre vous me connaissent et suite à ce que vous allez lire, vous allez définitivement me prendre pour un fou dangereux mais je met au défi les écrivains les plus talentueux de ce site d'écrire la fiction la plus mauvaise, la plus mal écrite qui soit !!!
Prenant exemple sur certains étrons qui ont déjà été publiés ici où que vous avez vu ailleurs. (Vous noterez que je ne site personne "cough cough" @Auteurcensuré...) Le défi est simple... Faire une fiction nulle mais bien. (dans le sens, c'est pas si facile de se forcer à baisser son propre niveau)
Alerte ! : Oxymore de niveau 4 détectée.
En fait, je m'étais dit... en lisant de bon gros "double K" qu'écrire une bonne fiction quand on est mauvais où qu'on s'en contrebat le violoncelle c'était impossible mais l'inverse est-il vrai ?
Les meilleurs peuvent-ils écrire de TRÈS mauvaises fictions en respectant ces contraintes : Trollin FTW 

- Spike doit être le personnage le plus lucide est intelligent. (Il doit servir à quelque chose en fait)
- Il doit y avoir un ship improbable
- aucune faute d'orthographe
- Minimum : environ 1500 mots/ Maximum : environ 5000 mots (Cela doit être un one-shit heu shot)
- et dernière chose (les tags : poésie/conte; Normal; Traduction; Inclassable/WTF ne sont pas utilisables)

Et au cas où vous vous poseriez la question, oui je suis sérieux ^^
Donc je vais demander aux personnes où trolls ^^ qui liront cet article d'invoquer d'éventuels candidats qui seraient parfais. (De bons auteurs de préférence) et il me faudrait aussi un jury de trois personnes...
 
Sera déclaré vainqueur par KO celui qui aura poutré ses adversaire en ayant écrit une fiction valant moins encore que la vie d'Adolph.H en personne !!!
 
Sur ce... À vous de jouer !
(Dernier délai : Dimanche 6 mars à 21h)

Wellen 6 250

[Résultat] Challenge de fin des vacances.

Salut tout le monde, avant toute chose je m'excuse pour avoir pris autant de temps avant de sortir ce sujet, donc je vais vous donner mes raisons.
Pour commencer, j'ai reçu, cette semaine, une nouvelle alimentation pour mon pc, une nouvelle carte graphique et une nouvelle tour. J'ai passé du 23 au 25 à transférer les pièces d'une tour à l'autre et à monter mes nouvelles, ainsi qu'à résoudre tout le bugs ( le bug de l'écran qui ondule dans les jeux vidéos reste un mystère mais bon, je m'y fais. ). Avant ça, j'attendais que tout le monde rende sa fiction. 
Bon, je sais que vous n'attendez que ça, voici les critiques des fictions en question !
Malheureusement, seul Inobi a rendu la sienne, donc c'est le seul participant et donc le vainqueur par défaut. Félicitation !
Maintenant, voyons la critique de sa fiction qui a pas mal de défauts.
Réunion, par Inobi
 
Alors, rentrons dans le vif du sujet : L'univers de la fiction. Prendre les comics qui ne sont pas traduits en français n'est pas une bonne idée. J'ai, personnellement, vu quelques vidéos d'animation les reprenant, mais ce n'est pas le cas de tout le monde.
Ensuite, un gros point un faible de la fiction : Les personnages sont introduits sans réel but. Dès le début, on nous balance Chrysalis, Flim et Flam, Sombra et sa femme, que l'on qualifie d'ailleurs "d'umbrum" ce qui reste un terme inconnu pour moi. On introduit Tyrek comme ça, et il semblerait qu'il ait déjà eu une relation avec Chrysalis, au moins amicale. On nous balance tout ça au pif, et on a du mal à s'y repérer. Après ça, tout est relativement fluide, et la référence " Vous ne passerez pas " est bien insérée. Le gros soucis de cette fiction est qu'en faite, elle serait bien mieux placée au milieu d'une fiction plus longue. On a pas vraiment le temps de sentir d'émotions pour les personnages, et c'est ce qui manque.
Le point fort est cependant que la fiction se lit facilement d'une traite. Tout est bien coordonné, et le caractère des personnage est respecté. Si je devais lui donner une note, ça serait 12/20, plus 2 points avec les deux challenges réalisés, ce qui ferait 14/20.
( Je sais que j'ai été dur dans cette critique, mais c'est sur une demande d'Inobi lui même, qui ne voulait pas que je le ménage. )
 
Dommage qu'il n'y ait pas eu plus de participations au challenge. J'en ferais bientôt un autre, d'ici une ou deux semaines. D'ici là, portez-vous bien. Je mettrais le sujet à jour avec le fan art de la fiction d'Inobi dès que possible. 
 

BroNie 26 751

Le marketing

 
Précisons d'entrée de jeu. Le terme que j'utilise en entête de ce billet est sans doute impropre. Mais comme pour l'inertie littéraire, je ne trouve pas de meilleur mot pour synthétiser ce dont je veux vous parler. Les économistes me corrigeront.
 
Depuis bientôt dix ans que je suis dans la fanfic, j'ai rencontré plus d'une fois un commentaire commun dans la bouche d'auteurs amateurs : « de toute façon, je me moque bien des notes, des vues ou des commentaires. J'écris pour moi, pas pour les autres. » A première vue, on pourrait prendre cet avis pour du bon sens, pour de l'humilité. Y voir un certain détachement.
 
Mais pour moi, cette phrase est au mieux, un jugement hâtif, au pire, de la fausse modestie, et dans tous les cas, un mensonge factuel.
 
Je vais être clair. Personne n'écrit pour soi. Pas plus que personne ne compose, peint, dessine, bref, ne crée pour soi. Absolument personne. Ça n'existe pas.
 
On crée toujours pour les autres. On crée toujours pour un public.
 
L'art ne devient art que quand quelqu'un d'autre que l'artiste ne pose les yeux dessus.
 
L'art peut-être porteur d'un message. Être une prouesse technique ou esthétique. Détenir un message politique. Bousculer les conventions. Être beau pour être beau. On peut multiplier les exemples à l'infini. Mais la conclusion est unique : si l'art est porteur de quelque chose, c'est donc qu'on peut porter quelque chose à quelqu'un. Fut-ce un simple divertissement sans prétention, cela nécessite quelqu'un à divertir.
 
Quelqu'un qui écrirait pour soi ne laisserais jamais personne d'autre lire sa prose. Quelqu'un qui ne peindrait que pour soi, n'afficherait jamais ses toiles, fut-ce dans son salon.
 
J'ignore si c'est un reste d’éducation religieuse dans notre mémoire collective qui nous faire croire qu'il serait bien vu de ne pas se soucier du regard de l'autre. Mais c'est un mensonge flagrant. Il faut accepter l'idée que l'autre est là et que son avis nous importe. On veut lui transmettre des émotions, nos émotions, les tripes que nous mettons dans notre travail. C'est naturel et c'est normal.
 
Pour recentrer sur l'objet de ce billet, un évidence se pose. Vous pouvez avoir fait la meilleure fic du monde, elle ne sera jamais reconnue comme tel si personne ne sait qu'elle existe.
 
Prenez Fallout Equestria. Nombreux voient en elle (à tort ou à raison) la plus grande fic MLP jamais faite. Elle n'aurait jamais eu cette estime, si le fichier était resté à dormir sur le disque dur de son auteur.
 
A partir du moment où vous laissez un tiers voir votre œuvre, c'est que vous voulez qu'elle soit lue, et qu'elle soit aimée. Qu'elle soit aimée, si vous êtes sincère dans votre démarche et pas trop manchot dans l’exécution, ça ira tout seul. Le public à mille autres fics à lire, et mille autres choses à faire. La question qui se pose c'est comment leur vendre VOTRE fic ?
 
Notez que je parle pas ici de vendre au sens pécunier. L'expérience a montré que le monde de la fanfic est très frileux dès qu'il s'agit d'argent. Non, je parle de faire connaître votre fic, de la démarquer des autres. Il existe quelques astuces.
 
 
 
 
 
 
1)Un fandom qui marche. La base. On a la chance, sur MLP, d'avoir un fandom actif, vivant, qui brasse du monde, donc des lecteurs en puissance. Mais ce n'est pas le cas de toutes les séries. Une excellente série comme Bojack Horseman ne récolte que 12 fics sur AO3 et ne possède même pas de catégorie propre sur fanfiction.net. A l'autre bout du spectre, nous avons un Harry Potter et ses 735 000 fics sur fanfictions.net, où vous pouvez être sûrs que 99% des fics sont noyées dans la masse et n'émergent jamais.
 
 
2)L'actualité. Un fandom, ça vit, ça stagne, ça meurt, mais parfois, ça repart. La section fanfics du site Star Wars Universe mourait doucement de sa belle mort, jusqu'à l'annonce de la nouvelle trilogie ne vienne mettre un coup de pied dans la fourmilière, ne réveille les vieux auteurs et ne charrie une myriade de nouveaux écrivains. L'actualité est une grande pourvoyeuse de lecteurs, ne l'oubliez jamais.
 
 
3)Soignez la présentation. Sur ce site en particulier, où nous avons la chance d'avoir des couvertures. Bichonnez les. N'optez pas pour la facilité du ponycreator sans originalité qui confine directement à l'OC. N'oubliez pas que nombre de lecteurs n'accorderont pas plus de quelques secondes à votre titre. C'est dès ce moment qu'ils faut les apater. Votre couverture, c'est votre porte d'entrée. Le fandom brony est plein de dessinateurs talentueux, utilisez les. Servez vous en, sans oublier de les créditer.
 
 
4)Soignez l'histoire. Chacun ses goûts, et chaque lecteur a les siens, mais de grâce, évitez le Human in Equestria. Ca a été fait mille fois, ça a une image atroce, et quelque soit la qualité propre de votre fic, vous arriverez après la bataille, et cette dernière est perdue depuis longtemps.
Au contraire, taper dans un genre peu usité comme le Far West ou les pirates, attirera naturellement l'attention sur vous.
 
5)Gratte moi le dos, je gratte le tien. Règle tacite des communautés d'écrivains. Commentez de manière construite les fics des autres auteurs, et vous aurez de bonnes chances qu'ils viennent commenter chez vous.
 
6)Ne pas saturer le marché. Si vous avez une fic fleuve, ne balancez pas tous les chapitres d'un coup. Laissez les au goutte à goutte. Trop de fics/chapitres d'un coup donne l'impression que vous voulez écraser les autres de votre présence, et que vous cherchez à avoir le monopole sur le site. Sachez attendre. La patience paie.
 
7)Ne pas abandonner le marché. Inverse du précédent. Soyez actifs, postez des fics, des petits OS, ne vous faites pas oublier. Si on attend de votre part une grosse fic depuis trop longtemps, vous allez finir par être victime de l'effet Half Life 3 : passer de quelque chose de très attendu, à n'être plus qu'une blague.
 
8)Attention à votre réputation. Nous parlons d'image après tout, depuis le début de ce billet. Alors, comportez vous bien. N'insultez pas les gens avec qui vous êtes en désaccord, prenez le temps de répondre à vos commentaires (sinon vous dégagerez l'image d'un auteur qui se moque de son public en l'ignorant), évitez de faire du clop si vous craignez de ne pouvoir l'assumer, et de vous défaire de l'étiquette qu'on vous apposera
 
 
9)Ne faites pas du marketing pour du marketing. C'est très important, voire essentiel. Les quelques points que j'aborde dans ce billet servent à vendre votre fic. Mais on ne peut pas vendre du vent. Le public le sentira, et se détournera de vous. A titre d'exemple, si vous faites un oneshot à succès, transformez l'exploit en vous lançant dans une nouvelle fic, fort du public gagné, et qui vous suivra, plutôt que de vous enfermer dans des déclinaisons sans âme de la fic d'origine.
 
 
 
 
Il va de soi que je donne là que quelques grandes lignes et qu'il existe mille autres façons de faire connaître sa fic auprès du grand public. Ne serait-ce qu'en parler autour de soi, de rebondir sur la bonne occasion de la placer, etc. Mais si je devais conclure, je poursuivrais un peu le 9e point en vous demandant de garder à l'esprit que le marketing doit être au service de votre fanfic, et non l'inverse.

Wellen 14 410

[Challenge] Fin des vacances

Bonjour à tous !On est le début de la dernière semaine des vacances, et pour vous donner du travail ( bande de fainéants ) je vous propose un petit challenge de fin des vacances. Voici la phrase avec laquelle vous allez partir : "Tyrek se libère une nouvelle fois du Tartare et rencontre Chrysalis. "Vous êtes libre de faire ce que vous voulez, même si le nsfw est bien entendu interdit. Voici quelques contraintes optionnelles :-Faire une référence au Seigneur des Anneaux -Utiliser le mot " Référendum "-Utiliser le mot " ST_Galopin "Vous n'êtes pas obligés d'utiliser ces contraintes comme je l'ai écris plus haut.Le challenge sera fermé le dimanche 21 à 23:59. Merci de m'envoyer votre fiction par mp et sur un google doc. Bien entendu, les équipes sont autorisées à condition de citer tout les membres ayant participés.Maintenant, la récompense, car oui, je ne vais pas vous laisser sans rien. Pour commencer, je ferais une critique ( plus ou moins longue, selon ce que j'ai à dire ) mais ce n'est pas tout. En effet, le gagnant aura aussi le droit à un fan-art de White Chaos que je lui enverrais par mp. ( Si vous n'êtes pas convaincus, je vous invite à consulter sa page deviant-art à ce lien : white-chaos-art-box.deviantart.com )
A vos plumes !

System 30 686

Une réforme orthographique ?

« Aucune des deux graphies [ni l'ancienne ni la nouvelle] ne peut être tenue pour fautive. »
Déclaration précédant les listes du Dictionnaire de l'Académie française (9e édition en cours de publication) dans les fascicules du Journal officiel de la République française depuis le 22 mai 1993.

Voilà, ça fait un bail que je n’ai rien posté (que ce soit en termes d’articles ou de fictions), et, avec tout le tintamarre que cause cette « nouvelle » réforme sur les réseaux sociaux, j’ai pensé que c’était le moment opportun pour m’y remettre.
Déjà, que ressentez-vous vis-à-vis de cette réforme ? Êtes-vous plutôt d’accord avec celle-ci ou avec ses détracteurs ? (Avant de répondre, gardez bien à l'esprit que les plus bruyants sont toujours les moins pertinents. [© System])
Ceux qui me connaissent de longue date savent à quel point je suis pointilleux, voire impitoyable, en matière d’écriture et de justesse. Oui, c’est grave de ne pas savoir quand utiliser l’imparfait et le passé simple. Oui, c’est grave de ne pas savoir quand doubler le « n » dans un adverbe. Oui, c’est grave de ne pas mettre d’espace avant un point d’intonation. Je caricature, mais je dois plus ou moins ressembler à ça de loin.
Je ne le dirai jamais assez : nous avons la chance d’être sur internet et d’avoir, outre des ressources quasi illimitées, un correcteur automatique intégré à la plupart des applications modernes. Ce n’est pas parfait, mais c’est bien assez pour s’insurger lorsqu’une personne veut partager du contenu qui s’apparente à un torchon sur MLPFictions. De toute façon, un manque de rigueur dans la forme, c’est symptomatique, dans 95 % des cas, d’un manque de rigueur dans le fond.
Pour revenir au sujet qui nous intéresse : pourquoi estimé-je que toute personne défavorable à cette réforme en 2016 est ignorante ?
1990. Voilà, c’est la vraie date de la réforme. Mais si, vous savez, ce petit lien « Résumé de la réforme orthographique de 1990 » qui traîne sur ma fiche utile depuis l’ouverture du site... Se révolter en 2016 pour quelque chose qui a été décidé voilà presque trente ans, c’est se foutre de la gueule du monde. Je sais que, en France, c’est monnaie courante comme pratique (on fait grève, on manifeste, on fait des pétitions), mais ça ne fait pas avancer le schmilblick. Ce sont surtout ceux qui prennent part à l’une de ces trois activités – aujourd’hui devenues bénignes – qui causent/trouvent des problèmes là où ils n’ont pas lieu d’être.
Des réformes orthographiques, il y a en a eu un certain nombre (un nombre certain) ; environ dix réformes majeures ont été validées et appliquées depuis 1694. Est-ce pour autant que notre langue est atroce ? Pour un puriste du XVIIe siècle, à n’en pas douter, mais pas pour nous. Ce que j’essaie de vous dire, c’est que vous êtes en train d’assister, impuissants, à l’avancé d’un concept qui sera encore là quand vous n’y serez plus, et ça, ça en dépasse plus d’un : vous n’êtes pas même morts et enterrés que l’on ménage déjà le terrain pour les générations à venir sous votre nez. Bienvenue ! Vous êtes sur Terre. Vous vous souvenez peut-être de ces moqueries que vous avez lancées à l’encontre de vos aînés en leur montrant votre tout nouvel iPhone (qui est obsolète depuis) ? Préparez-vous, car vous allez passer du statut de bourreau à celui de victime avant même de vous en rendre compte.
Si vous avez été attentifs jusqu’ici, vous aurez sûrement remarqué que j’applique les règles traditionnelles à la lettre (règles qui, avant 1990, s’appelaient les règles de la réforme de 1935 – subjectivité, quand tu nous tiens). Suis-je donc contre cette réforme ? Oui et non.
La première chose que je garde à l’esprit lorsque je me pose cette question, c’est que les académiciens et leurs collaborateurs sont des gens que nous admirons sous leurs identités littéraires. Ce sont des amoureux de notre langue et ils la manient avec une finesse que jamais je ne rêverais ne serait-ce que d’égaler. En résumé, personne n’est mieux placé qu’eux pour dire ce qui ne va pas dans notre langue ainsi que ce qui doit y entrer ou en être retiré. Pourtant, ils souffrent de ce que je viens de baptiser, là, à l’instant où je rédige cette ligne, le syndrome du flic : on les aime, mais seulement lorsqu’ils ne sont pas en uniformes en train de faire leur devoir.
L’autre chose que je prends en compte, c’est une distinction fondamentale que n’importe quel étudiant en lettres ou en langues doit assimiler. Il existe deux entités majeures : les grammairiens et les linguistes. Dans mon cours, le premier était défini comme « prescriptif » (celui qui dit comment les choses doivent être faites) et le second comme « descriptif » (celui qui dit comment les choses se passent en réalité). Les deux ont une manière différente de fonctionner, mais ils travaillent de concert pour faire avancer la langue ; on pourrait croire qu’un certain antagonisme les sépare, mais il n’en est rien. Cette réforme de 1990 est un savant mélange de prescriptions fondées sur des observations essentiellement linguistiques. Chaque proposition est réfléchie et a du sens, mettez-vous ça dans la tête avant de tweeter quelque chose de drôle mais stupide.
Bien évidemment, je serai le premier à ne pas appliquer ce qui est proposé dans la réforme, et c’est pour cette raison que mon article commence par une citation qui va dans ce sens. Néanmoins, je comprends chaque choix que les académiciens ont fait – contrairement à ceux qui beuglent sur Facebook –, et c’est pour cette raison précise que j’ai décidé de respecter le passage de ces rectifications. Le changement des manuels scolaires reste discutable : il aurait été plus intelligent de laisser s’écouler une période transitoire durant laquelle les deux orthographes ou règles modifiées auraient coexisté plutôt que de tout changer sans état d’âme, mais il est certainement sage de ne pas alourdir les cours des plus jeunes.

Si je vous disais que j’ai le pouvoir de vous rendre plus raisonnés et censés que 99 % de la population nationale en l’espace d’un article, me croiriez-vous ? Si vous êtes prêts à manger un peu d’étymologie et un micmac de souvenirs que j’ai gardé de mes cours, c’est pourtant faisable.
Pour commencer avec un exemple populaire, on va aborder le problème des accents circonflexes. Tout d’abord, voici ce que dit la modification :
« L'accent circonflexe disparait sur les lettres i et u (ex. : nous entrainons, il parait, flute, traitre).
Exceptions : le circonflexe est maintenu, pour sa fonction analogique ou distinctive,

dans les terminaisons verbales du passé simple (ex. : nous vîmes, vous lûtes) et du subjonctif (ex. : qu'il partît, qu'il eût voulu) ;
dans jeûne(s), les masculins singuliers dû, mûr et sûr, et les formes de croitre qui, sinon, seraient homographes de celles de croire. »

Vous l’aurez compris, les deux publications qui circulent sur les réseaux sociaux (« Je vais me faire un petit jeune/Je vais me faire un petit jeûne » et « Je suis sûr ta sœur elle va bien/Je suis sur ta sœur elle va bien ») viennent de se prendre une patate de forain académique vieille de 26 ans dès l’introduction de la règle sur l’accent circonflexe ; même pas besoin d’aller dans les annexes contenant la liste complète des mots concernés pour le savoir !
Tant qu’à souligner le ridicule des gens qui font circuler ces conneries, j’espère que vous avez également remarqué qu’il suffisait d’employer des virgules pour résoudre le problème du deuxième exemple (le premier exemple montre bien que ce n’est pas toujours possible, mais ça reste généralement possible).
Problème suivant, qui fut le sujet de mon tout premier cours magistral de linguistique : pourquoi « nénufar » ? (Oui, deux heures de nénufar !)
Ce n’est pas à la portée de tout le monde, mais n’importe quel helléniste aurait pu vous le dire : « ph » est un graphème exclusivement réservé à la retranscription du « phi » grec. « nénufar » étant l’approximation d’un mot turc, « nénuphar » est et a toujours été la forme fautive. Jusqu’en 1935, « nénufar » était bien la forme la plus employée, mais les écrivains du XXe ont commencé à modifier la graphie du mot au point d’imposer la leur comme unilatéralement correcte jusqu’en 1990.
Dans un registre similaire, le problème du mot « oignon ».
Le Wiktionnaire résume très justement ce que l’on vous apprend dans des cours de linguistique et de phonologie : « En ancien français, le graphème <ign> notait le n palatal : besoigne (« besogne »), estraigne (« étrange »), montaigne (« montagne »), etc. avant d’être simplifié en <gn>. Nous gardons trace de l’ancienne notation dans seigneur et oignon. Les rectifications orthographiques de 1990 recommandent d’écrire ognon sur le modèle de agneau ou rogne. »
Vous l’aurez compris, « oignon » est un des rares vestiges d’un temps révolu. C’est pour cette raison qu’il a été décidé que, tant qu’à virer une règle, autant ne garder aucune exception.
Vous en voulez d’autres ? J’en ai tout un stock (théoriquement, je pourrais tous vous les justifier un par un).
Allez, on va faire encore plus drôle : on va parler des modifications qui sont déjà employées par tous, y compris ceux qui s’indignent.
Maxima, scenarii, supernovæ, barmen, länder... De nos jours, qui penserait à écrire ces termes en lieu et place de maximums, scénarios, supernovas, barmans, lands ? Cela ne fait que 26 ans que ces orthographes sont recommandées, et, pourtant, elles ont pratiquement fait disparaître les pluriels traditionnels – le Français moyen, dans le doute, met un « -s » au pluriel. Quand il s’agit d’oignons, un terme tout à fait courant, il est facile de se souvenir de l’exception orthographique, lorsqu’il faut se souvenir des pluriels propres à chaque langue d’emprunt, le Français dit fuck this et préfère ne pas se plier à chaque exception. Amusant, non ?
Un autre des problèmes soulevés est celui des mots composés ; le sujet est tellement épineux qu’il est impossible de ne fâcher personne. En guise de consolation, on peut se dire que c’est un de ces problèmes qui est commun à toutes les langues « occidentales » : on ne sait jamais quand mettre un trait d’union, une espace ou rien du tout. Il existe deux types de mots composés : ceux qui se font à partir d’un mot et d’un préfixe (rétro-, anti-, quasi-, ré-, etc.) et ceux qui sont issus de l’assemblage de deux mots ou plus.
Globalement, on a toujours hésité entre le trait d’union et rien du tout (un mot composé dont les composants sont séparés par une espace sont généralement considérés comme des expressions figées et non des mots à part entière). Pour faire simple, on a tendance à mettre un trait d’union dans les mots composés « nouveaux » ou récents, mais à coller les mots lorsqu’il n’y en a que deux et que le mot composé est ancien, attesté.
Sur ce constat, « porte-monnaie » et « extra-terrestre » deviennent donc « portemonnaie » et « extraterreste » afin de montrer que ces mots composés ont été longuement éprouvés (mais aussi pour faciliter la vie des locuteurs : si les deux formes sont acceptées, il n’y a plus de faute possible). Bien évidemment, l’ancienneté d’un mot reste à l’appréciation de chacun, et c’est pour cette raison que certains mots n’ont pas été affectés par la réforme tandis que d’autres semblent n’être aucunement justifiés. Cela dit, il semblerait que « porte-monnaie » ait gardé tellement longtemps sa forme « néologisme » que sa forme sans trait d’union a du mal à passer... tout est affaire de dosage. Quant aux mots composés d’un préfixe, ce sont pratiquement toujours des néologismes, ils sont donc traités d’une manière spécifique ; pour plus de détails sur leur emploi, je vous renvoie au lien « Préfixes et traits d’union » de ma fiche utile.
On peut également aborder rapidement le cas des mots qui ont besoin d’un ajustement, car leur prononciation a changé mais pas leur graphie.
« Événement » et « réglementaire » sont les deux exemples les plus probants. Ce n’est peut-être pas le cas partout, mais, chez moi, ils se prononcent « évènement » et « règlementaire » (ces changements de prononciation ont eu lieu sous l’influence d’« avènement » et de « règlement »). Il est donc tout à fait justifié d’adapter l’orthographe à la manière dont ils se prononcent le plus communément.
Bien d’autres modifications sont apportées à travers cette réforme (pour ne citer qu’elles : la règle des traits d’union et des numéraux, le pluriel des mots composés, l’emploi du tréma, l’annulation du doublement de consonne des terminaisons « -otter » et « -oller »), mais il faut y voir un mal pour un bien. Ce n’est pas un signe de la dégradation de notre langue, bien au contraire, c’est un signe d’évolution ; souvenez-vous qu’une langue qui n’évolue pas, c’est une langue qui meurt.
En ce qui vous concerne, je ne souhaite pas que vous soyez confus ou partiaux quant à cette réforme, vous pouvez en penser ce que vous voulez et faire comme bon vous semble. Cependant, dans le cadre de MLPFictions – ou tout autre cadre « sérieux »–, je vous encourage fortement à suivre des règles uniformes, c’est-à-dire de ne pas faire cohabiter des règles récentes avec des règles traditionnelles – c’est là que naissent des confusions, racines de la contre-productivité.

Nouveau message privé