Fond: Simple generous gifts par Devinian

Pour des larmes d’éternité

Une fiction écrite par monokeras.

Désormais

La nuit d’hiver était triste et froide. Le vent de la journée soufflait maintenant en tempête, et dans le ciel des nuages menaçants se précipitaient d’un horizon à l’autre, interceptant la lumière de la pleine Lune et projetant au sol des ombres grotesques et fuyantes qui soulignaient celles des silhouettes griffues des arbres torves. De temps à autre, une ondée de grésil tombait, qui rendait le sol humide et glissant.

Deux silhouettes ailées, dissimulées sous de larges habits sombres, atterrirent devant la grille du cimetière. Elles se regardèrent silencieusement, puis rejetèrent leurs capuchons en arrière, révélant les visages de Célestia et Luna. Célestia tira sur la grille, qui pivota en grinçant légèrement, et toutes deux franchirent l’arche de pierre. Elles poursuivirent dans une large allée bordée de stèles, avant de tourner à gauche dans une petite traverse puis de s’arrêter au bout de quelques pas : à quelques mètres, au milieu du chemin, elles avaient aperçu une forme, blottie, grelottant au pied d’une tombe imposante. Célestia avança de quelques pas. « Twilight ? » appela-t-elle doucement.

« Dégagez ! répondit sèchement la voix de Twilight. Je ne veux voir personne, vous moins que quiconque.

— Twilight, supplia Célestia. Je suis venue demander humblement ton pardon. Pourras-tu un jour me l’accorder ? »

Il y eut un long silence. « Pourquoi ? demanda Twilight en sanglotant. Pourquoi m’avoir fait ça, vous en qui j’avais une totale confiance. Pourquoi ? Je dois comprendre. Je l’aimais de toute mon âme et qu’en reste-t-il ? Un cénotaphe. Un grand vide. Une douleur insupportable. Rien que du chagrin et des larmes… des larmes pour l’éternité.

— Twilight, répondit la Princesse, je crains qu’il n’y aucune réponse vraiment satisfaisante à ta question. La meilleure que je puisse te faire est de t’avouer que je n’avais pas le choix, Twilight. Je n’avais pas le choix, car tout ça était déjà arrivé il y a plus de mille ans. Malgré toi, tu fais déjà partie de l’histoire d’Équestria, et on ne peut changer l’histoire, Twilight. » Elle prit une longue inspiration. « On s’imagine qu’en tant qu’alicornes nous sommes les créatures les plus puissantes de ce monde, et, dans un certain sens, c’est exact. Mais aussi puissantes que nous puissions être, il y a des choses qui nous transcendent, Twilight, dont le temps et le destin. » Même lui, pensa-t-elle, dans son antre nichée aux confins du monde, n’y peut rien changer. « Le temps est un fleuve infini dont les eaux coulent du passé vers le futur et on ne peut ni l’arrêter ni l’inverser. Tout ce que nous pouvons faire, nous autres alicornes, c’est pagayer à contre-courant et voir des poneys qui naissent en amont, nous côtoient quelque temps, puis filent et disparaissent à jamais en aval. Malgré toute notre magie, nous devons nous incliner devant ce tyran aveugle et implacable. Aussi coûteux que cela pût m’être, je ne pouvais que m’incliner et en subir les conséquences. Ce n’était pas la cause, Twilight, c’était la conséquence. L’horrible conséquence, plus de mille ans après, de ce jour funeste.

Ça ne me console pas, dit faiblement Twilight. Vous en parlez tellement rationnellement. Vous n’avez jamais aimé personne comme je l’ai aimé lui. Vous ne pouvez pas comprendre…

— Ce n’est pas vrai, Twilight, je te jure que ce n’est pas vrai, protesta-t-elle. Que connais-tu de ma vie ? J’admets que j’ai renoncé, bien avant que tu ne naisses, à m’impliquer dans des histoires sans issue qui n’étaient sources que de joies éphémères, mais de tristesses éternelles. Il y a des siècles, j’ai aimé des étalons autant que tu as pu aimer Starswirl. Je n’ai pas un cœur de pierre, Twilight, et j’ai enduré les mêmes tourments que toi, encore et toujours, jusqu’à ce qu’un jour je me retrouve si déprimée que j’ai juré que ce serait la dernière. Et maintenant, tu sais ce que je voulais te dire quand j’affirmais il y a un mois que notre vie était à la fois bénie et maudite… Le poids de l’immortalité.

— Si vous m’aviez prévenue que c’était si difficile, je n’aurais pas accepté, soupira Twilight.

— Mais tu l’as fait, Twilight, et il n’y a plus de désaveu possible. » Elle se tut, sembla chercher ses mots, reprit : « Tu sais, Twilight, ça n’a pas été facile pour moi non plus. Depuis ce jour, je n’ai jamais cessé de sentir le poids de ta malédiction. J’ai perdu un de mes amis les plus chers, et j’ai dû vivre avec un sentiment de culpabilité qui ne m’a jamais quitté, alors que je n’avais rien fait. Le château de Canterlot m’est devenu odieux, à cause de ce vitrail où je le revoyais sans cesse et sans cesse se jeter. Luna m’a accusée de pourrir, voire de détruire, la vie de ceux que j’aimais, et quand elle s’est finalement transformée en Nightmare Moon et que j’ai dû la bannir, je n’ai pas cessé de penser que tout cela y était pour quelque chose. Dans notre bataille, nous avions détruit le Château des deux Sœurs, j’ai donc dû retourner à Canterlot, et ce fut comme une double peine. Et puis il y avait toi, Twilight. Je savais que tu accomplirais de hauts faits – comment aurais-tu pu devenir une alicorne autrement – mais je ne savais pas quand. Alors j’ai créé l’École royale des licornes surdouées, en me doutant que tu tenterais d’y entrer ; et toutes les semaines, je scrutais les inscriptions, jusqu’à ce que je tombe sur la lettre de tes parents. Le reste, tu le connais aussi bien que moi… »

Il y eut un nouveau silence. Le vent agitait les branches des arbres dénudés et hurlait lugubrement entre les tombes. « Je suis fatiguée, déclara Twilight, je ne veux pas en parler davantage ce soir. Bonne nuit ! » Elle se leva, et disparut dans un éclair éblouissant.

Célestia se retourna, rejoignit Luna ; elles reprirent toutes deux le chemin de la grille. « Cela prendra du temps, diagnostiqua Célestia, mais elle s’en remettra, j’en suis sûre. Il y a trop de joie et d’optimisme en elle.

— Hon hon ! opina Luna. Il le faudra bien. Bien avant que même toi tu le penses.

— Pourquoi dis-tu ça, sœurette ? demanda Célestia intriguée.

— Tu n’as rien remarqué ? répondit Luna.

— Non, pourquoi ? »

Elles s’arrêtèrent au milieu de l’allée. « Je ne sais pas, expliqua Luna. C’est peut-être mon millénaire dans la Lune, ou peut-être autre chose. Depuis mon retour, j’ai découvert que j’étais devenue extrêmement sensible à la physiologie des autres poneys. Ce n’est pas un sort, c’est automatique, comme une sorte de sixième sens. Si je m’en approche suffisamment, je peux dire si un poney est malade ou non et, s’il l’est, de quoi il souffre presque sans me tromper.

— Tu veux dire que Twilight est malade ? s’exclama Célestia.

— Non, non ! Enfin, pas comme on l’entend d’ordinaire.

— Quoi alors ? » rétorqua Célestia inquiète.

Luna ne répondit pas de suite, mais fit quelques pas en avant, remit sa capuche et déploya ses ailes. Alors seulement elle se retourna vers sa sœur qui la suivait du regard : « Elle est enceinte », lâcha-t-elle. Et elle s’envola.

Vous avez aimé ?

Coup de cœur
S'abonner à l'auteur

N’hésitez pas à donner une vraie critique au texte, tant sur le fond que sur la forme ! Cela ne peut qu’aider l’auteur à améliorer et à travailler son style.

Note de l'auteur

Inspiré entre autres par deux épisodes de Star Trek (série originale) “The city on the edge of forever” et “All our yesterdays”.

Une ou deux allusions cachées à une autre nouvelle, “La troisième alicorne”, que je n'ai pas encore adaptée en français.

Chapitre précédent

Pour donner votre avis, connectez-vous ou inscrivez-vous.

mylittlejojo
mylittlejojo : #43899
Pour être franc il y a beaucoup de choses que je n'ai pas compris déjà je n'ai pas compris ce que Céléstia a fait à Twilight moi au début je croyais que Céléstia avait foiré son sort ensuite vus que Twilight est rentré en communication Startwirl et Céléstia ceci aurait dû influer sur le présent Céléstia la dit au début de la fic et pour finir je n'ai pas compris l'utilité de dire que Twilight est enceinte à part si il y a une suite qui explique sa je voudrais vraiment que
tu m'explique toi ou quelqu'un d'autre lisant se commentaire sinon bon boulot et merci d'avance pour ta réponse.
Il y a 2 mois · Répondre
godofgame
godofgame : #39696
Bien que je n'ai pas totalement compris pourquoi Celestia avait envoyais Twili dans le passé au debut, CETTE FANFIC EST GÉNIALE!
Il y a 8 mois · Répondre
Especiel
Especiel : #21314
Juste... j'ai pas de mot... tu ma coupé le sifflet c'est incroyable Oo
Il y a 2 ans · Répondre
Py7h0n
Py7h0n : #20969
;_; tu as créé un monstre. Un ascenseur émotionnel écrit d'une plume de maître et tu m'as brisé le coeur.
Bravo. C'est grandiose. magnifique et foutrement triste...J'suis trop sensible moi...
Il y a 2 ans · Répondre
monokeras
monokeras : #10558
@AlexiSonicKST: Moi, c’est l’inverse. J’ai du mal à faire long. J’ai voulu essayer avec Urania, je n’ai pas pu tenir le rythme. Il faudrait quand même que je reprenne l’histoire. Je suis un grand lecteur de nouvelles, très peu de romans. Ça a fini par déteindre ! ;)

Merci. Prochaines fic en février je pense.
Il y a 2 ans · Répondre
AlexiSonicKST
AlexiSonicKST : #10553
monokeras07 janvier 2015 - #10541
@AlexiSonicKST:
Faire original en tragédie, c’est assez difficile. Généralement quelqu’un meurt. Mais j’en ai une autre déjà écrite et publiée en anglais, avec un script totalement différent (“Der Unter-gang”), et une troisième aussi (“Amphelion“), qu'il faudrait que j'adapte. Il n'y a pas de boucle temporelle dans ces deux-là.

Comme je l'ai dit à Toropicana, rien ne dit que la Célestia du début et celle de la fin sont sur la même ligne de temps. Le retour dans le temps de Twilight a pu provoquer une bifurcation, malgré toutes les belles théories de la Princesse dans l'épilogue. La scène du rêve est là pour suggérer qu'il se passe quelque chose. Peut-être Twilight change-t-elle d'univers ?

Il y a une nouvelle de Philip K. Dick (‘Le monde de Jon' je crois, mais sans garantie) où le paradoxe est différent : un vaisseau est envoyé vers l'avenir, trouve le monde peuplé de créatures bizarres, les humains ayant disparu. L'équipage du vaisseau se demande d'où viennent ces formes de vie, ne trouve pas de réponse. Perplexe, il revient à son époque, et on s'aperçoit à la fin de la nouvelle que deux des créatures se sont accrochées au vaisseau.

En tout cas, merci de ton appréciation !
Théorie possible, peut-être, mais il n'empêche que je trouve les motivations, ou en tout cas son argumentation, de Célestia encore un peu bancale.

Après bon, de manière générale, j'ai tendance à penser que tout va trop vite.
La réaction de StarSwirl paraît disproportionnée à la fin : il comprend tout, encaisse le coup, n'essaie aucun plan désespéré pour sauver la situation, abandonne, réalise ce que ça implique, décide de mettre fin à ses jours, trouve un "plan", et se jette vers la fenêtre en, je sais pas... quelques secondes ? Soit il y avait sérieusement réfléchi avant et il avait son plan de prêt, soit il réfléchit ultra vite et est à la fois insensible (pour encaisser l'info aussi vite) et ultra sensible (pour procéder à un tel acte final directement après).
Je pense que ça n'aurait rien ôté à l'intensité de la scène si StarSwirl était resté scotché en voyant Twilight disparaître. Cette dernière, de retour à son époque, comprend alors que le suicide a eu lieu à cause de sa disparition, alors qu'elle n'était plus là : elle n'aura ainsi pas même été là pour tenter de le retenir, ce qui accroîtrait son sentiment de culpabilité, à se faire des histoires en mode "mais j'aurais dû comprendre, j'aurai dû lui dire de poursuivre sa vie sans moi, j'aurai dû lui dire que c'est ça qui m'aurait rendue heureuse, ma dernière parole aurait pu avoir de la valeur à ses yeux..." (Twilight Power en somme).

Je respecte cette rapidité générale. On a un rythme soutenu, la nouvelle a un cadre strict. La relation évolue du coup vite, les descriptions suffisent pour souligner l'idylisme, on discute et débat mais pas trop, on dit juste ce qu'il faut, le lecteur n'a pas le temps de souffler que le superbe tableau rapidement brossé s'effondre d'un coup sous ses yeux. Ca, chapeau. Il reste que je trouve ça vraiment très rapide, et que certaines introspections des personnages aurait pu ajouter beaucoup. Mais une fois encore, ce n'est qu'un avis très personnel. J'ai personnellement du mal à faire court. ^^

En tout cas, bonne chance pour tes prochaines fic. :)
Il y a 2 ans · Répondre
monokeras
monokeras : #10541
@AlexiSonicKST:
Faire original en tragédie, c’est assez difficile. Généralement quelqu’un meurt. Mais j’en ai une autre déjà écrite et publiée en anglais, avec un script totalement différent (“Der Unter-gang”), et une troisième aussi (“Amphelion“), qu'il faudrait que j'adapte. Il n'y a pas de boucle temporelle dans ces deux-là.

Comme je l'ai dit à Toropicana, rien ne dit que la Célestia du début et celle de la fin sont sur la même ligne de temps. Le retour dans le temps de Twilight a pu provoquer une bifurcation, malgré toutes les belles théories de la Princesse dans l'épilogue. La scène du rêve est là pour suggérer qu'il se passe quelque chose. Peut-être Twilight change-t-elle d'univers ?

Il y a une nouvelle de Philip K. Dick (‘Le monde de Jon' je crois, mais sans garantie) où le paradoxe est différent : un vaisseau est envoyé vers l'avenir, trouve le monde peuplé de créatures bizarres, les humains ayant disparu. L'équipage du vaisseau se demande d'où viennent ces formes de vie, ne trouve pas de réponse. Perplexe, il revient à son époque, et on s'aperçoit à la fin de la nouvelle que deux des créatures se sont accrochées au vaisseau.

En tout cas, merci de ton appréciation !
Il y a 2 ans · Répondre
AlexiSonicKST
AlexiSonicKST : #10517
Eh bien ! Sacré "Plot twist" !
Très belle tragédie, au fond pas très originale, mais bien maîtrisée. Le rythme est bon, on ne se lasse pas. Ca va limite un peu vite, mais ça c'est par pur goût personnel. Et quelle conclusion ! Ha !
On comprend mieux l'argumentation bancale de Célestia au premier chapitre en tout cas. ;)

J'adore les trucs avec des retours dans le temps et tout... Il n'empêche qu'ici, il y a quand même un Wibbly Wobbly Timey Wimey...Stuff qui m'ennuie un peu.
C'est purement un avis personnel, il n'y a pas de règles là dessus, mais le fait que cette "boucle" temporelle soit générée comme ça, parce que ça doit se passer comme ça, sans plus de raison... ça m'ennuie.
Célestia envoie Twilight dans le temps parce qu'elle sait qu'elle doit le faire. Mais en somme, rien ne l'y a forcée. Elle aurait pu choisir de ne pas le faire, au lieu de se soumettre bien docilement à la logique temporelle. Sans une raison supplémentaire, je trouve le fond de l'intrigue un peu bancal. S'il y avait quelque chose, comme par exemple "Twilight risque d'être la cible d'une terrible menace dans le présent, mettons-là à l'abris dans le passé pendant un mois... oh nom de moi, c'est donc pour ça que je l'ai vue dans le passé" ou "Certes, Twilight va m'en vouloir à mort mais si elle ne l'avait pas aidé à découvrir cette comète, Equestria serait anéantie aujourd'hui..."
Le simple fait de faire dire à Célestia que revenir dans le passé et écraser un insecte revient à transformer toute sa ligne temporelle ne suffit pas. SURTOUT quand le principe de la fic est de dire qu'on ne peut pas modifier le passé (et donc, nouvel argument bancal de sa part, mais là ça se pardonne). Du coup, là, je trouve que ça manque de justifications, pour appuyer sur la fatalité liée à la tragédie.

En tout cas joli petit travail ! :)
Il y a 2 ans · Répondre
monokeras
monokeras : #10510
@Toropicana: avec plaisir ! J’attends ton avis… Bonne journée (et tous mes vœux !)
Il y a 2 ans · Répondre
Toropicana
Toropicana : #10507
Pas de suite. C'est parfais comme ça.
Le temps me manque là, mais je ferais une critique total de cette fic, promis.
Il y a 2 ans · Répondre

Nouveau message privé