Fond: Simple generous gifts par Devinian

Turn It On Again

Une fiction écrite par inglobwetrust.

Chapitre 8: San Franciscolt Part II

Après quelques heures de quartier libre, que Rarity utilisa à bon escient pour faire du shopping et alourdir un peu plus ses bagages, le temps du concert approcha et le groupe partit quelques heures avant l’ouverture des portes pour effectuer les balances sonores.

Elles se déroulèrent sans accroc, le son ayant été bien calibré pour se faire entendre dans tout le stade, pour ce qui était une première pour un groupe d’harmonies vocales. L’utilisation de bandes enregistrées pour la musique aidait aussi pour éviter d’avoir à gérer un orchestre complet qui noierait les sons des chanteurs.

Seules les voix des Ponytones comptaient dans le show et c’était uniquement pour elles que les poneys venaient assister au concert.

Sweetie Belle eut quand même droit à un piano pour sa première partie. Elle prévoyait de s’en servir en accompagnement pour une ou deux chansons du groupe principal en vedette sur l’affiche de la soirée.

La foule arrivait peu à peu dans le stade, certains fans ayant campé la veille devant le Coltstick Park pour être dans les premiers rangs, attendant avec une excitation inimaginable le retour sur scène de leur groupe préféré. Après dix ans d’attente, personne ne savait vraiment à quoi s’attendre et c’était une certaine appréhension qui occupait les rangées. En une décennie, tellement de choses pouvaient avoir changé…

La première clameur de la soirée monta avec l’entrée sur scène de Sweetie, qui reçut un accueil bienveillant, beaucoup de poneys la connaissant par ses chansons, certes moins connues que celles des Ponytones, mais ayant eu leur petit succès dans Equestria. La licorne profitait de la scène au maximum et se chargeait de faire monter la température avant le véritable show.

« Merci à tous, vous étiez super ! Faites un tonnerre d’applaudissements pour les Ponytones ! Amusez-vous bien et à bientôt ! » dit-elle avant de sortir de scène, faisant gronder tout le stade, jusque dans les coulisses où se préparait le groupe, ajoutant une dose de pression supplémentaire sur leurs épaules, tandis que leur préparation se faisant dans un silence pesant. Depuis le départ de l’hôtel, peu de mots avaient été échangés, comme si le groupe lui-même ne savait pas à quoi s’attendre pour ce premier concert de reformation.

Tout le monde semblait tendu, même Mac, d’habitude le plus détaché en concert, qui se recoiffait souvent et prenait le temps de fermer les yeux et de respirer lentement pour se calmer.

« Cinq minutes ! » cria Scootaloo en passant une tête en coulisses, où le groupe avait été rassemblé dans un même endroit.

« Comment est le public ? » demanda Rarity à sa sœur, qui finissait de boire une bouteille d’eau pour apaiser ses cordes vocales mises à rude épreuve par son show.

« Ils sont chauds ! Ils sont prêts ! » répliqua Sweetie. « Il y a plein de jeunes poneys aussi, c’est fou ! »

« Allons… Tu ne croyais quand même pas qu’on était de vieux croulants ringards ? » s’amusa Torch en enfilant son costume, le même que lors de la dernière tournée.

Mac finissait aussi d’enfiler son pull et se regarda longuement dans le miroir. L’image lui rappelait tellement de choses d’un coup, lui faisant comprendre que le passé revenait toquer à la porte de son cerveau, sans échappatoire. Il semblait un peu mal à l’aise et perdu dans ses pensées en se dirigeant vers la scène.

En avançant de plus en plus dans les coulisses grouillants de poneys, la clameur de la foule se faisait plus forte tandis qu’un silence de mort régnait dans le groupe, donnant un contraste saisissant.

Scootaloo se tint en avant et fit le décompte final avant de faire signe au groupe de monter sur scène.

« Juments et étalons, voici les… PONYTONES !!! » hurla la voix du speaker alors que Rarity entrait la première sur scène, profitant à plein de l’accueil tonitruant et bruyant du stade entier, d’où émergeaient quelques affiches à la gloire de certains des membres du groupe, avec toutefois une préférence pour Rarity, comme elle le constata avec ravissement.

Le reste du groupe suivit et admira pendant quelques secondes le stade qui hurlait pour eux. Ils avaient l’impression de voyager dans le temps.

Le groupe s’avança au plus près de la scène et s’inclina, en regardant dans tous les coins du stade, où pas un siège vide n’était disponible. Les photographes au premier rang faisaient crépiter les flashs et la sécurité devait calmer quelques fans très excités par le retour de leur groupe préféré. Les Ponytones déclenchaient l’hystérie par leur simple présence, sans même pousser une seule note.

Les cinq poneys prirent ensuite place sur scène, chacun devant son propre micro, pour les premiers morceaux. Et Mac fut le premier à faire entendre sa voix. Les oreilles du stade entier se tendirent pour enfin entendre ce que donnerait le retour des Ponytones sur scène après dix ans de silence.

« Bum, bum, bum-ba-da, bum-ba-da

Bum, bum, bu-ba-da-ah»

La magie de leurs voix combinées refaisait effet et, cette fois, c’est tout un stade qui en profitait avec ravissement. Ils n’avaient rien perdu de ce qui faisait leur force.

Le reste du concert se passa sans problème, le groupe se contentant de dérouler sa partition sans oser prendre de risque et en restant sagement derrière leurs micros. Être là représentait déjà beaucoup pour eux, quelque chose d’inimaginable quelques semaines auparavant. Les spectateurs remarquèrent bien que la complicité d’antan était loin derrière, que l’émotion était d’une certaine façon absente de ces retrouvailles. Mais cela leur importait peu, puisque leur groupe préféré était à nouveau là et les entendre chanter en live était quelque chose dont ils se souviendraient pour longtemps.

Seules les voix comptaient, pas les poneys derrière.

Après les vingt chansons, dont les parties solos de Rarity, Toe et Torch ainsi que l’arrivée de Sweetie pour les accompagner au piano, le concert se termina sous un tonnerre d’applaudissements et de sabots frappants contre le sol, voulant un rappel qui ne viendrait jamais, en tout cas pas ce soir.

Les Ponytones étaient de retour, chantaient toujours aussi bien et Equestria pourrait à nouveau avoir la chance de les voir ensemble sur scène, en sachant que cette tournée serait sûrement la dernière. Les tensions du passé étant toujours bien présentes, mais jusqu’ici passées sous silence.

Et en parlant de tensions, Torch ne perdit pas de temps en coulisses pour critiquer Rarity.

« Rarity, pourquoi tu as chanté solo sur Bridge Over Troubled Water ? Nous avions convenu que c’était à moi de le faire », expliqua-t-elle en prenant le groupe à témoin.

Rarity prit un visage surpris, offensé. « Excuse-moi si quelqu’un avait visiblement du mal à assurer ses parties vocales ce soir. J’ai simplement pensé que je pouvais m’en charger, au moins pour un concert. Il n’y a pas de quoi en faire un drame », répliqua-t-elle en commençant à se démaquiller dans le miroir.

« Hmpf ! Tu aurais quand même pu me prévenir ! C’est l’hôpital qui se moque de la charité… » grinça Torch.

« Hé, dans ce groupe, nous sommes tous égaux, non ? Qui es-tu pour te donner le droit de me juger comme ça ? » questionna Rarity, faisant demi-tour sur son siège pour se lever, s’approchant dangereusement de la jument.

Torch se retourna et ne baissa pas le regard, collant son museau contre celui de Rarity. « Je suis celle qui a écrit cette chanson et qui la chante à chaque concert depuis quinze ans ! »

« Hé, hé, stop ! Le concert s’est bien passé, alors pas besoin de se disputer ! » Sweetie s’interposa et sépara les deux juments.

« Ouais, y’a plus grave que ça », ajouta Mac en levant les yeux au ciel. « Les juments… » marmonna-t-il à voix basse, déjà en train de retirer son pull.

« En parlant de grave, ta voix est encore trop grave par moments, Mac. Tu devrais travailler dessus », critiqua Toe en levant les yeux dans le reflet du miroir face à lui. Mac tourna sa tête vers lui et fronça les yeux.

« Hé, faut le temps que ça revienne. Tu crois que je fais ça toute la journée ? Chanter dans mes champs à la ferme pour les pommiers ? » persiffla l’étalon.

« Toujours est-il que c’est vrai. Ta voix est encore trop grave. Qu’est-ce que tu en penses, Fluttershy ? » Toe tourna sa tête vers Fluttershy, qui était connue pour avoir l’oreille la plus musicale du groupe. Surprise, elle détourna les yeux du miroir, ouvrit grand ses yeux et s’affaissa sous le regard des cinq poneys.

« Euh… peut-être ? » dit-elle d’une voix à peine audible.

« Tu vois ? » se défendit Toe.

« Laisse-là en dehors de ça. Je sais reconnaître mes erreurs et je sais que ça n’a pas été parfait. Mais pas besoin de me le dire deux fois. J’suis pas l’idiot du village ici », finit Mac en sortant des vestiaires improvisés dans les couloirs du stade, ne voulant pas en entendre plus ce soir.

« Je n’ai jamais dit ça ! » s’indigna Toe en crachant de la fumée par ses naseaux, avant de refaire face à son miroir et de ne plus prononcer un mot le temps de se démaquiller et d’enlever son costume.

Le groupe quitta un à un les loges pour attendre le taxi qui devait les ramener à l’hôtel. Sur le chemin vers l’extérieur, les deux sœurs licornes discutèrent.

« C’était tout le temps comme ça en tournée ? » demanda Sweetie en tournant la tête vers sa sœur.

« Hmm-mmm, c’est ça de vivre sur la route et quand on met cinq poneys à fort caractère ensemble. Et là, ça va encore. Laisse-nous juste du temps. Quand tout marchera à la perfection, le reste suivra », expliqua Rarity pour la rassurer.

Comme avant le concert, presque aucun mot n’avait été échangé dans les loges. Mais cette fois, pas à cause du stress. La tension était lourde dans l’air et pesait sur tous les poneys présents. Tellement que, contrairement à l’aller, le retour vers l’hôtel se fit séparément, ce qui ne fut pas sans poser quelques problèmes d’organisation à Scootaloo, qui s’arracha la crinière en cherchant des taxis disponibles à cette heure-ci.

Sweetie et Rarity voyagèrent ensemble avec Scootaloo, sans un mot jusqu’à l’hôtel, avant de filer directement jusqu’à leur chambre.

Sweetie s’allongea sur le lit et se rejoua le film de la soirée. Le concert, parfait, enfin, quasiment. Puis ce qui suivit, qui ne devrait pas l’inquiéter, mais qui réussissait quand même à occuper ses pensées, prenant le pas sur la joie de revoir le groupe ensemble.

Rarity finit de prendre une douche et sortit de la salle de bains avec la crinière encore légèrement mouillée, en voyant sa sœur toujours allongée sur le lit, les yeux fixant le plafond. Elle s’allongea à côté d’elle sur le lit, avant de se tourner lentement de son côté.

« Qu’est-ce qui ne va pas, Sweetie ? » demanda Rarity.

« Hmm ? Oh… » Sweetie sortit de sa rêverie et tourna sa tête vers sa sœur. « Ce qui s’est passé après le concert… »

« Tu y repenses encore, hein ? » demanda Rarity. Sweetie hocha la tête. La licorne soupira longuement avant de reprendre.

« Tu sais, Torch et Toe ont été honnêtes. C’est difficile de rester amis, ou en tout cas, associés, avec des gens en qui on n’a pas confiance. Même si elle blesse, la vérité vaut toujours mieux que le silence », expliqua-t-elle avant de retourner son regard vers le plafond.

« Peut-être que nous avons été trop honnêtes les uns envers les autres, et c’est pour ça que ça a cassé. Nous n'avons pas supporté la vérité, aussi cruelle soit-elle », suggéra Rarity.

Le silence se refit quelques minutes entre les deux sœurs, qui se prirent par les sabots pour se réconforter. Enfin, surtout une, qui reprit la parole.

« Tu crois vraiment que ça ira mieux après ? Maintenant, c’est moi qui ai peur que ça se repasse mal », avoua Sweetie.

Rarity sourit. « Ne t’inquiète pas. Laisse-nous juste le temps de corriger nos erreurs. En dix ans, on a appris que la perfection n’existe pas. Après tout, Equestria ne s’est pas fait en un jour, n’est-ce pas ? »

Sweetie sourit. « Il reste moins d’un mois pour. »

Et le silence retomba à nouveau dans la pièce, cette fois définitivement. Bien lovée dans la chaude étreinte de sa sœur, Rarity s’endormit la première, ponctuant la pièce des sons de sa respiration, Sweetie ne laissant qu’une petite lumière allumée dans la chambre.

Mais le sommeil ne lui vint pas aussi facilement, les souvenirs de la soirée l’empêchant de trouver la voie rapide vers le pays de Luna. Après quelques longues minutes passées à tourner dans le lit, elle décida de descendre au bar de l’hôtel en quête d’un thé ou d’une camomille qui l’aiderait à s’endormir plus vite, tout en prenant soin de ne pas réveiller Rarity, qu’elle déposa dans son lit en utilisant sa magie pour remonter les couvertures.

Le voyage de nuit dans l’hôtel avait un charme certain pour Sweetie : le silence dans les couloirs, l’impression d’être seule au monde tout en faisant attention à ne pas faire trop de bruit, comme si, inconsciemment, elle se mettait au diapason du calme qui avait envahi l’établissement.

En descendant vers la réception et le bar, situé au rez-de-chaussée, elle tenta de se rassurer. Après tout, elle aussi avait déjà fait des tournées et savait ce que cela pouvait impliquer, en bien ou en mal, sur les relations entre membres de groupe.

Les choses finiraient par rentrer dans l’ordre.

Oui, mais est-ce qu’un mois suffirait à effacer plus de dix ans de disputes ?

Il faut donner du temps au temps.

Est-ce qu’ils n’avaient pas attendu trop longtemps pour recoller les morceaux ?

Sweetie s’interrogeait beaucoup, sans doute trop pensa-t-elle. Elle finit par arriver à l’étage numéro 0. Les portes de l’ascenseur s’ouvrirent et la licorne sortit en effectuant les quelques pas nécessaires vers le bar.

Encore perdue dans ses pensées, elle partit s’installer au bar, avant qu’une voix ne la sorte de sa rêverie.

« Yoo-hoo, Sweetie ! »

Même si la question qu’elle aurait due légitimement se poser était ‘Qui peut bien m’appeler à cette heure ?’ ou encore ‘Est-ce qu’il y a encore des poneys qui ne dorment pas ?’ Sweetie n’eût pas le temps de faire fonctionner son cerveau assez vite pour penser quoi que ce soit avant qu’elle ne se tourne vers la source du bruit : Toe Tapper et Torch Song.

Les deux poneys étaient installés sur deux fauteuils et firent signe à la licorne de venir. Sweetie prit un troisième fauteuil dans son aura magique et l’amena vers la petite table ronde où Toe et Torch étaient attablés.

À peine après qu’elle se soit installée, un serveur vint immédiatement à sa rencontre, visiblement très disponible à cette heure avancée de la nuit. Sweetie commanda une camomille.

Les tasses de Toe et Torch étaient vides et ils s’apprêtaient de toute évidence à remonter dans leurs chambres pour enfin aller dormir.

« Sweetie, laisse-moi te complimenter pour ta première partie ! J’étais trop tendue avant le concert pour te le dire, mais c’était divin ! » dit Torch, qui gardait en permanence un sabot posé sur celui de son époux.

Sweetie sourit. « Merci. Mais qu’est-ce que vous faites encore debout à cette heure-là ? »

« Je peux te poser la même question », s’amusa Toe.

La licorne but une gorgée de sa camomille, avant de répondre. « Peux pas dormir. C’est toujours pareil après un concert. Je n’arrête pas d’y repenser. Il faut le temps que l’adrénaline retombe. »

Toe et Torch sourirent d’un air entendu. « On ne le sait que trop. C’est pour ça que les artistes sont toujours déphasés par rapport au reste des poneys. Couche-tard, lève-tard, tu connais ça aussi, j’imagine. »

Sweetie hocha la tête et hésita un peu avant de se lancer. « Et… ce qui s’est passé après le concert aussi. »

Torch rit. « Tu sais, ça n’est rien par rapport à ce qui s’est passé avant. Je veux dire, lors des dernières années… »

Toe poursuivit, caressant doucement le sabot de sa femme. « C’est toujours difficile de se remettre dans le bain. Nous sommes dans le business depuis longtemps. Alors forcément, quand un concert n’est pas parfait… Disons que ça nous énerve vite », expliqua-t-il en lâchant un petit rire.

« C’est mieux d’être honnête, tu sais. Autant évacuer ça tout de suite pour corriger le tir. Ça ira mieux après quelques shows », finit Torch, qui bâilla en terminant sa phrase. « Bon, il se fait tard, je vais remonter. Tu viens, chéri ? » demanda-t-elle en se levant du fauteuil.

« Dans cinq minutes, mon cœur », répondit-il. Sa femme se pencha et l’embrassa tendrement sur les lèvres avant de souhaiter bonne nuit à Sweetie et de repartir vers l’ascenseur. Toe ne la quitta pas des yeux avant que les portes ne se referment, faisant un dernier signe du sabot jusqu’à ce qu’elle ne soit plus visible.

Sweetie sourit et reposa sa tasse. « Je suis contente de voir que vous vous aimez toujours, malgré ce qui s’est passé. »

Toe sourit aussi et retourna sa tête vers la licorne. « Torch et moi, on est mariés à la musique en plus d’être mariés l’un à l’autre. Avec ou sans le groupe, ça ne changera jamais. C’est pour ça qu’on n’a jamais cessé de chanter ensemble. »

« Et tu en as pensé quoi du concert ? Qu’est-ce que ça t’a fait de revenir sur scène avec le groupe ? » demanda Sweetie.

Toe réfléchit quelques secondes. « C’était bizarre. Mais pas tant que ça. Je veux dire, on ne fait que chanter, ce n’est pas comme si c’était les Wonderbolts qui réunissaient l’équipe d’il y a dix ans pour refaire les mêmes cascades mortelles. Ce n’est pas dix concerts qui nous tueront. Enfin, j’espère… » s’amusa-t-il.

« J’espère aussi. Je sais qu’il peut se passer beaucoup de choses en un mois. En bien ou en mal », déclara Sweetie en reprenant une gorgée de camomille. Une longue pause se fit entre les deux avant que Toe ne se lève, les deux poneys profitant du calme de l’hôtel pendant qu’il était encore temps.

« En tout cas, j’espère que Rarity comprendra vite que ce n’est pas elle seule qui chante, mais un groupe. Que ce n’est pas elle la seule vedette. Je sais que Torch va lui en vouloir quelque temps pour ce qu’elle a fait ce soir », expliqua Toe en déposant les pièces pour payer les consommations.

« Elle a toujours été comme ça, à vouloir prendre toute la lumière. Il y a des jours où l’élément de la générosité a ses limites », rit Sweetie, ce qui fit aussi rire l’étalon, le bruit de leurs rires combinés résonnant un peu trop fort dans la grande pièce vide à cette heure-ci de la nuit, n’amusant même plus le serveur accoudé au comptoir qui buvait les restes d’un verre oublié.

« Bon, je vais rejoindre Torch ou sinon elle va s’inquiéter. Elle est incapable de s’endormir sans qu’elle me sente à côté d’elle. Et ça vaut aussi pour moi », sourit Toe. « Je suis contente que tu sois avec nous pour la tournée, Sweetie. Avec toi, on a plus de chances que ça se passe mieux. Il y aura au moins quelqu’un de sensé pour tenir les rênes en cas de souci. »

Sweetie rougit un peu et agita un sabot en l’air. « Flatteur », dit-elle dans une parfaite imitation de Rarity.

« Bonne nuit, Sweetie. Demain sera un autre jour », conclut l’étalon.

« Bonne nuit, Toe. Je l’espère aussi », répondit Sweetie, avant que le chanteur ne s’éloigne vers l’ascenseur, laissant Sweetie seule au bar de l’hôtel. Le temps de finir sa boisson, elle avait retrouvé le sourire et un certain espoir pour la suite.

Elle remonta vers sa chambre et s’installa dans le lit, sentant les effets de la camomille faire effet et alourdir ses paupières. Elle éteignit la lumière en jetant un dernier coup d’œil vers sa grande sœur endormie.

Demain sera un autre jour, pensa-t-elle. Et un autre concert.

Les yeux fermés, elle ne mit que quelques minutes à s’endormir, accompagnant enfin de concert le reste de l’hôtel.

*******************************************************************

Quelques étages plus bas, quelques minutes après le départ de Sweetie.

« Un whisky, double », annonça une voix grave accoudée au bar de l’hôtel.

« Avec des glaçons ? En cocktail ? Accompagné d’un autre breuvage ? Servi dans un verre ou une flûte ?» demanda le serveur, posant beaucoup trop de questions pour cette heure de la nuit.

L’étalon sortit un billet et le déposa sur le comptoir. « Donne-moi le premier qui tombe dans tes sabots et laisse-moi la bouteille, part’naire. J’vais en avoir besoin. »


Vous avez aimé ?

Coup de cœur
S'abonner à l'auteur

N’hésitez pas à donner une vraie critique au texte, tant sur le fond que sur la forme ! Cela ne peut qu’aider l’auteur à améliorer et à travailler son style.

Note de l'auteur

Cette fic doit être maudite: depuis que j'ai commencé à la publier, des grandes stars du rock sont mortes: Lemmy, David Bowie, Glenn Frey, Paul Kaintner... Qui survivra d'ici la fin de cette fic?

Premier concert effectué pour les Ponytones. Next stop: Baltimare!

Chapitre précédent Chapitre suivant

Pour donner votre avis, connectez-vous ou inscrivez-vous.

Ponycroc
Ponycroc : #40978
Oui, enfin j’ai pris le temps de lire la fic. Je viens de faire la moitié en deux jours, je te cache pas qu’il m’a fallu un bon moment pour m’y mettre (pas à cause de la fic hein, juste que je n’étais pas trop là, motivation personnelle, travail, MLP) bref, donc comme je te l’avais dit, voici un commentaire en moitié de fic.

Alors pour parler rapidement de la forme (chose que je ne fais pas souvent), je dois dire qu’il n’y a pas de soucis avec ça. Elle est facile et agréable à lire. Je trouve qu’il y a peut-être un peu trop de répétition par rapport aux noms, tu n’utilises pas beaucoup d’autres termes comme poney, jument/étalon, terrestre/licorne/pégase, mais étrangement ça n’est pas gênant pour autant.

Un autre détail dans la forme qui est flagrante quand on est sur des scènes avec Sweetie Belle et Rarity, et même surtout Fluttershy et Discord ainsi que leur fille… C’est niais… Mon Dieu que c’est niant niant ! C’est affreux comme c’est passage transpire le mignon par tous les ports. Que ce soit les contacts entre Sweetie Belle et sa soeur, dans le premier chapitre où elles chantent. Tout le chapitre sur Fluttershy est rempli avec ça ! C’est vraiment bien foutu ! Ouais, malheureusement, je ne suis pas trop fan de ça, mais je reconnais tout de même l’intention, et je me doute que ça doit plaire à des gens. Par moment, j’ai moi-même apprécié ces passages, surtout celui devant la gare pour le départ. Alors est-ce qu’il y en a de trop ? Pour le moment, je dirais que non. Tant quand on est sur le passage avec Fluttershy et sa fille, c’est plutôt compréhensible, vu qu’on est accompagné d’un enfant. Pour les parties qui concernent Sweetie Belle et sa soeur, j’ai peut-être trouvé que c’était un peu trop lors du tout premier chapitre, mais après tout, je ne suis pas grand fan de ça. Quoi qu’il en soit, par la suite, ce genre de contact a un peu diminué, ce qui fait qu’au final, on se retrouve avec un bon dosage selon moi. De toute façon, encore un chapitre du genre, ne fera pas de mal aux gens qui lisent et apprécient déjà la fic, étant donné qu’ils y ont eux droit dès le début, s’ils continuent, c’est qu’ils aiment ça.

Bref, maintenant pour parler de la fiction j’ai beaucoup de mal avec certains points. Le premier étant ta réticence à vouloir nous expliquer les raisons pour lesquelles le groupe s’est séparé la première fois. Je peux comprendre que tu essayes de faire durer ce point pour pouvoir éviter de jeter toutes tes cartes dès le début. Mais par moment, ça semble tellement forcer la manière dont les personnages évoquent la séparation sans jamais en parler plus d’une phrase, ben on retombe toujours sur le même non-dit depuis plusieurs chapitres et ça nous empêche de vraiment provoquer quelque chose d’intéressant. Disons que j’ai hâte de savoir ce qui s’est passé et j’espère vraiment que ça vaudra toute cette attente.

Un autre point encore évoqué sans jamais vraiment qu’on en parle, ben c’est les raisons qui poussent ces cinq poneys à reformer le groupe. Là encore on est toujours à attendre une vraie raison. Je sais qu’en huit chapitres, au final, l’aventure vient seulement de démarrer. Bien sûr, je ne vais pas t’interdire de mettre du suspense dans ta fiction, mais disons que c’est énervant de ne pas savoir ça quand on nous le met autant dans la figure.

D’ailleurs, ça c’est plus un détail, mais bon, j’ai quand même envie de savoir. D’accord pour le couple, eux n’ont aucun problème à partir sur une tournée d’un mois, mais les trois autres ? Discord pourrait s’occuper des animaux de Fluttershy, pour ça, c’est bon, encore que, je les plains. Mais Rarity ? Elle abandonne son travail ? Bon, elle aussi doit avoir des gens pour s’occuper de ces boutiques, mais Big Mac alors ? Lui, il taff à la ferme depuis des années, ont peu pas dire qu’il puisse partir comme ça. Ce qui me fait penser qu’au moins lui, le fait pour l’argent.

Un autre point intéressant, c’est la manière dont tu as réussi à installer un huis clos entre ces personnages. Ce que je veux dire, c’est qu’il n’y a qu’eux dans ton histoire. Tu n’as pas utilisé le reste du mane six, tu as juste utilisé les deux dont tu avais besoin. Quand elles se rendent à la ferme, ce n’est pas pour autant qu’on voit AJ alors qu’on voit pourtant AB. Les CMCs sont plus mises en avant que le groupe principal du show. Je trouve que c’est vraiment un parti pris intéressant, même si je me demande jusqu’où il ira. Bon, je le trouve bien, mais je me demande aussi si ça va tout le temps être comme ça. Je ne trouve pas ça mauvais hein, c’est juste que dans le domaine de la musique, et bien il y a moyen de s’amuser avec les personnages. Créer des références, utiliser des personnages qui apparaissent dans le show. Tu as déjà utilisé Vinyl et Octavia, même si je m’attendais à les voir avoir une plus grande importance, mais il y a aussi Coloratura. Bon, j’avoue que c’est surtout moi qui adorerais ça, mais je trouve que ça serait super de la voir face à ce groupe.

Enfin, j’ai encore 9 autres chapitres à lire, alors peut-être que c’est fait ou pas, on verra. (surtout que c’est surtout le fanboy qui parle)

Alors est-ce que la fiction est bien pour le moment. Et bien je dois quand même le dire, mais je suis enfin content que la tournée commence enfin. C’est-à-dire qu’on a eu beaucoup de discussion qui tournait en rond. Je sais que ça va ressortir à un moment donné, mais à force de ravoir le même discours à quatre reprises en début de fic, c’est assez dur de rester attentif tout du long, je dois dire que par moment j’ai passé quelque paragraphe pour me contenter de lire les dialogues (j’ai juste fait ça à la fin de deux chapitres). J’ai eu aussi beaucoup de mal avec la manière dont Rarity tirait déjà la couverture sur elle lorsqu’ils étaient en train de répéter dans le studio, on était à leur tout premier regroupement après dix ans et il n’a pas fallu plus de trois lignes de dialogues pour que ça parte en couille. à partir de là, si j’étais réticent à l’idée de rejoindre le groupe, j’aurais tout de suite compris que ça partait très très mal en voyant ça. Dix ans et Rarity n’a même pas réussi à comprendre sa responsabilité dans la dissociation du groupe. Si j’avais une dernière critique à faire, ça serait au niveau de Fluttershy. J’aime bien la manière dont tu la présentes avec sa famille, de plus, son caractère très peureux dans le show à l’air d’être décrit de manière différente, comme si c’était une phobie de la foule, ce qui rend ce personnage bien plus mature que dans le show, et j’aime vraiment bien ça. Mais pour en revenir à ce que j’étais sur le point de critiquer, je trouve tout de même bête de ne pas avoir parlé une seule fois de Fluttershy durant ce premier concert alors que déjà pendant la conférence elle n’osait même pas se présenter. Pas un mot sur elle durant la partie qui devait être la plus éprouvante, juste une partie à la fin ! Et bon, est-ce que c’est prévu ? J’ai pas trop envie de m’avancer plus, parce que si c’est prévu, alors ok, sinon, c’est très nul !

Bon, maintenant quelques derniers petits détails. J’ai adoré la fille de Discord, même si les scènes avec elles sont niant niant comme tout. J’aime beaucoup Big mac car il est le seul qui me fait dire “On est dix ans plus tard” grâce à son comportement et sa manière de parler. Fluttershy est la seconde à donner cette impression, mais à moindre mesure, c’est plus grâce à sa maturité. Le couple (dont je n’arrive jamais à me rappeler les noms quand je ne les inverse pas) est très sympathique pour le moment, mais disons que je m’attendais à plus avec ces deux là. Et enfin, Rarity semble la moins changée de la bande en réalité. C’est assez dommage quand on sait que c’est elle qui a lancé l’idée… enfin, plutôt Sweetie Belle. Cette dernière à un rôle important et je la trouve géniale dans cette histoire, même si elle comme les autres me fait me demander : “Pourquoi est-ce qu’elle fait ça.”

J’aurais peut-être encore des choses à dire, mais peut-être que je vais avancer de quelques chapitres ou même les faire tous pour être sûr de ce que je dis. Quoi qu’il en soit, désolé du retard, j’ai vraiment beaucoup glandé de mon côté et je n’arrivais pas à trouver le moyen de me bouger pour faire ça pour toi. Promis, je ferais la suite le plus vite possible !
Il y a 8 mois · Répondre
PhoenixBleu
PhoenixBleu : #34078
Suite du commentaire (puisque je viens d'écrire celui de la première partie à l'instant ! ^^)

Chapitre moins 'intense' que le précédent, mais je pense que l'idée principale était surtout, hors le propos de ce premier concert, de montrer la tension demeurant au sein du groupe. Après, c'est toujours difficile de décrire tout ces moments un peu 'banals' du quotidien, avant de rentrer dans des moments plus intenses ou p^lus fort en tension. Mais il faut y passer, sinon, on crie à l'ellipse de taille astronomique ! ^^

La fic serial killer ! ^^ En tout cas, j'espère que ça portera pas la poisse au créateur de la chanson titre, surtout qu'il fera peut être son retour lui aussi ! ^^

Bref, vivement la suite ! ^^ (après la côte ouest, la côte est.)
Il y a 1 an · Répondre
BroNie
BroNie : #34053
Je maintiens mon impression de chapitre creux. C'est peut-être logique vu que le précédent était une première partie remarque, je ne sais pas.

Mais rien ne bouge. Rien n'évolue. Rien n'avance. Rarity continue à tirer la couverture à elle, y a des tensions dans le groupe et puis voilà...encore une fois, l'ambiance slice of est là, est bien rendue dans certains moments, certains dialogues coulent bien, comme Big Mac et le barman. Je suis un peu méchant parce que là, tu creuses un peu Toe et Torch, mais j'aimerais bien voir cette fic enfin se diriger quelque part, quoi.
Il y a 1 an · Répondre
Wellen
Wellen : #34035
Pas Rarity déjà :p
En tout cas, si Big Mac boit toute la bouteille, ses chances de ne pas mourir de honte ( le comportement quand il est ivre, tout ça ) vont être amoindries x)
Modifié · Il y a 1 an · Répondre

Nouveau message privé