Fond: Simple generous gifts par Devinian

Turn It On Again

Une fiction écrite par inglobwetrust.

Chapitre 21: Manehattan (Partie 4)

« Oh, quelle classe ! »

Rarity ne put s’empêcher de complimenter Head en voyant l’étalon arriver à la table du petit-déjeuner avec son haut-de-forme, qui ne l’avait pas quitté depuis hier soir. La jument et son compagnon avaient passé une nuit difficile, Mac souffrant d’insomnies dû à son état même s’il avait réussi à dormir un peu avec la fatigue accumulée. Mais rien qui ne pouvait être masqué par de bons produits de beauté. Rarity était toujours aussi resplendissante, un sabot toujours enroulé autour de celui de Mac sous la table.

« Merci », répondit simplement Head en s’installant à côté de Sweetie. « Bonjour tout le monde », salua-t-il en faisant signe à tous les poneys présents. Seul manquait à l’appel Scootaloo et Rumble, qui avaient l’habitude de se reposer plus longtemps en raison de… longues nuits tout aussi épuisantes, d’une autre manière.

Les autres le saluèrent et Fluttershy posa une question. « Vous êtes seul ? »

« Oh, ça arrive souvent. Mon groupe doit encore cuver de sa soirée d’hier, ils vont sûrement se réveiller une heure avant le concert », s’amusa-t-il. « J’ai passé une merveilleuse soirée avec Sweetie et nous avons une grande nouvelle à vous annoncer. »

Tous les regards se tournèrent vers eux, des idées déjà plus ou moins arrêtées sur ce qui allait être dit par l’étalon. Sweetie s’interposa avant même qu’il puisse dire un mot en posant son sabot blanc sur celui gris du terrestre.

« Laisse-moi leur dire, d’accord ? » lui demanda-t-elle de sa douce voix. Head sourit et hocha la tête. Rarity se retenait pour ne pas couiner et écrasait le sabot de Mac.

« Head et moi, nous… »

Les têtes se penchèrent vers les deux.

« … allons chanter tous les deux sur scène ce soir ! »

Ce n’était pas exactement ce à quoi tous s’attendaient, surtout Rarity qui resta coincé un moment avec un sourire béat sur son visage et l’une de ses paupières s’agitant plus que l’autre, avant de reprendre ses esprits.

« Oh, c’est merveilleux ! » s’exclama-t-elle en voyant les autres sourire tendrement vers le duo. « Mais comment vous… ? »

Head prit la parole et se tourna vers Sweetie. « Je vais leur expliquer, d’accord ? » La licorne acquiesça et s’attaqua à son petit-déjeuner.

« On est sortis hier soir et on a fini par chanter en duo sur une scène d’un restaurant. Et… les gens ont eu l’air d’aimer ça… » expliqua-t-il.

« Quoi ?! » s’écria Sweetie. « Ils adoraient ! Head chante super bien et connaît tous nos morceaux, même ceux de Toe et Torch ! » s’exclama la licorne en pointant du sabot vers le duo de chanteurs. « C’était génial !! On a trop hâte de vous montrer ça au stade ! »

L’étalon à ses côtés semblait un peu gêné de tant de compliments et rougit. « Oui, j’ai… hâte », dit-il en regardant Sweetie avec des yeux rêveurs, ce qui n’échappa pas à Rarity, qui lui fit un clin d’œil, le faisant rougir encore plus en le poussant à reprendre une pose plus normale.

Sweetie ne cessa pas de complimenter Head sur ses qualités de musicien, ce qui amena à une discussion passionnée avec Toe et Torch sur leurs chansons, étant les deux plus grands connaisseurs de musique autour de la table.

Le petit-déjeuner se termina dans une ambiance paisible, même si Sweetie était de plus en plus gênée par les clins d’œil de Rarity et ses grimaces lèvres tendues. Head et la licorne partirent faire leur tour de la ville tous les deux, ce qui permit à sa sœur de la taquiner encore un peu plus. Sweetie promit toutefois à Rarity de revenir à temps pour le concert, et c’était tout ce qui importait.

Head et Sweetie sortirent à l’air frais du matin, se dégourdissant les sabots dans les rues de la ville et s’étirant un peu.

« Tu as pu parler à ton groupe ? » demanda Sweetie en laissant Head la guider vers leur destination.

« Non, pas encore. Je leur ai laissé un mot pour leur dire qu’on se retrouvera au stade. Je te l’ai dit, ils pensent plus à faire la fête qu’à se reposer le soir quand on est en tournée », s’amusa-t-il en s’approchant un peu plus de Sweetie pour marcher juste à côté d’elle.

« En tout cas, Rarity a hâte de voir ça, on dirait. Je suis désolé si elle avait l’air un peu bizarre… » s’excusa Sweetie, l’air timide. Head laissa s’échapper un petit rire.

« Bah, ce n'est pas grave. C’est toujours drôle à voir. Elle fait toujours ça quand on s’approche un peu trop près de sa sœur ? » demanda-t-il en souriant d’un air charmeur, les yeux légèrement plissés et en s’approchant encore plus près.

Sweetie s’approcha de lui aussi et passa un sabot autour de son cou. « Seulement quand l’étalon lui plaît », lui dit-elle avant d’utiliser sa magie pour prendre son haut-de-forme et se le mettre sur la tête, reculant pour qu’il admire le résultat. Il ne put qu’émettre un sifflement admiratif.

« Quelle classe, on dirait qu’il a été fait pour toi », la complimenta-t-il. Sweetie reposa le chapeau sur sa tête et reprit sa marche, ses flancs brossant légèrement contre ceux de l’étalon.

« Bon, où tu m’emmènes cette fois ? » s’enquit-elle en tournant à un coin de rue.

« Je sais que tu vas adorer, fais-moi confiance », dit-il en tournant à un autre coin de rue, étant cette fois celui qui passait un sabot autour du cou de la jument, qui le laissa faire.

Après quelques minutes de marche dans des rues plus calmes que les grandes avenues, ils arrivèrent devant un disquaire. Sweetie dû se retenir pour ne pas faire des bonds de joie. Elle adorait les vinyles, en avait des caisses entières qui avaient nourri son œuvre et son amour de la musique. Elle allait souvent au studio de Vinyl et Octavia à Poneyville, qui était bien pourvu également.

« Mais… comment tu… ? » demanda-t-elle en arrêtant Head qui s’apprêtait à pousser la porte du magasin. Il s’arrêta et se retourna.

« Sur la pochette d’un de tes disques, il y a des vinyles super rares des Galloping Stones et des Whooves, je me suis dit que tu devais être une connaisseuse pour poser avec », expliqua-t-il. « J’ai bon ? »

Sweetie hocha la tête et entra dans le magasin en lui passant devant à toute vitesse. « T’es génial, Head ! »

Là, dans le magasin, des milliers, voire des centaines de milliers de vinyles bien emballés, bien rangés par catégories et ordre alphabétique, classés d’une telle façon qu’ils inspireraient bien des bibliothécaires. Sweetie ouvrait de grands yeux et fit le tour de la pièce à 360°, voyant des disques dans tous les coins et recoins. Un endroit était aménagé avec des platines et des casques pour écouter et tester les vinyles. Pour un peu, Sweetie croyait rêver. Head arriva à sa hauteur et la tapota du coude.

« C’est beau, hein ? »

Elle en avait presque les larmes aux yeux. « C’est… magnifique », souffla-t-elle.

« AH ! HEAD ! »

Une voix grave leur fit tourner la tête vers la droite et la caisse, où se trouvait un poney assez âgé et doté d’une barbe grise fournie. Le poney terrestre s’avança vers eux et étreignit Head en le soulevant du sol.

« Ohh, doucement, Amp, j’ai un concert ce soir ! » s’amusa l’étalon en repoussant gentiment le vieux poney. Il se tourna vers Sweetie et haussa les épaules en souriant.

« Sweetie, je te présente Amp Plug, mon disquaire préféré et le premier qui a cru en mon groupe », expliqua Head tandis que la licorne et le terrestre se serraient le sabot.

« Enchanté, miss Belle, c’est un plaisir et un honneur de vous avoir dans mon magasin. Je suis un fan de vos compositions. Et par fan, je veux dire qu’à chaque fois qu’un de vos disques sort, c’est Hearth’s Warming Eve pour ma caisse », rit le poney.

« Oh… merci ? » sourit timidement la licorne.

« Ne vous méprenez pas, j’aime aussi beaucoup votre musique. Head vous adore aussi, il vient toujours ici chercher vos disques quand ils sortent », détailla Amp. Le chanteur ne put qu’acquiescer. « Hé Head, j’espère que tu la garderas un peu plus longtemps celle-là, hein ? » ajouta-t-il en donnant un coup de coude complice à un Head soudain très gêné.

« Je ne vois pas du tout ce que tu veux dire », se défendit Head en s’écartant du disquaire. Sweetie ne put retenir un gloussement.

« Miss Belle, pourriez-vous me signer quelques disques pour ma collection personnelle ? » demanda Amp en sortant à toute vitesse des disques derrière sa caisse, revenant avec un stylo par-dessus une pile.

« N’importe quoi pour mes fans », répondit-elle dans un grand sourire avant de commencer à signer.

Durant le reste de la matinée, Head raconta à Sweetie ce qui le liait à Amp : il était le premier à avoir vendu les disques du groupe quand celui-ci était sans label, il avait été leur manager un moment, leur trouvait des dates de concert et organisait les premières séances de dédicaces dans son magasin. Head lui devait beaucoup et Amp était en quelque sorte le second père du chanteur. Head ne manquait jamais une occasion de lui rendre visite quand il venait à Manehattan pour discuter vinyles. Avec Sweetie, il avait trouvé une autre passionnée de musique avec qui discuter.

Le magasin se remplit peu à peu de poneys, laissant Sweetie et Head seuls pour fouiller dans les bacs à vinyles et trouver des raretés et des disques que la licorne connaissait et pas le poney terrestre et inversement. Ils s’isolèrent pour aller écouter quelques vinyles, découvrant des artistes inconnus et des mélodies oubliées. Le temps passa très rapidement et avant même que l’un des deux ne le remarque, il était déjà passé midi.

Head et Sweetie retirèrent leurs casques et se levèrent des poufs où ils étaient installés pour mieux profiter des disques.

« Si on allait au stade ? Je sais qu’on joue plus tard, mais on pourrait aller voir ceux qui jouent sur la scène gratuite en attendant », proposa Head. Sweetie accepta l’offre de suite et se dirigea vers la caisse avec un disque sous le sabot.

« Je vais prendre celui-là », annonça-t-elle à Amp, revenu faire tinter sa caisse. Head la suivit de peu, avec lui aussi un vinyle sous le sabot.

« Laisse, c’est pour moi », dit-il à Sweetie qui avait commencé à sortir les pièces pour l’acheter. La licorne réfléchit quelques secondes et remarqua le vinyle que transportait l’étalon.

« Okay, mais seulement si tu me laisses payer le tien », suggéra-t-elle. Head sembla un peu surpris par l’offre, avant de hausser les épaules et de déposer son disque sur le comptoir.

« Puisque tu insistes. Amp, tu nous fais une réduction ? » tenta-t-il en faisant un grand sourire au vieux poney. Ce dernier rit et ouvrit sa caisse.

« Certainement pas. Tu veux ma mort, Head ? » se moqua-t-il en encaissant les achats. « Pense au vieux poney qui sue sang et eau pour tenir ce magasin. » Head leva les yeux au ciel d’un air amusé et reprit les vinyles pour les déposer dans son sac de selle. Pas rancunier, l’étalon passa derrière la caisse pour faire un câlin au vieux poney, lui promettant de repasser très vite dans son magasin.

« J’espère que ça sera encore avec elle », Amp murmura à voix basse à Head, qui masqua sa gêne par un petit rire. Amp passa à son tour derrière la caisse pour embrasser le sabot de Sweetie afin de lui faire ses adieux, ce qui l’amusa beaucoup.

Les deux sortirent du magasin et se mirent en route vers le stade, discutant de leurs achats respectifs chez le disquaire. Head proposant de prendre une soupe en passant puisque Sweetie semblait particulièrement curieuse de savoir comment l’étalon faisait pour boire avec son piercing. Il faut avouer qu’elle était un peu déçue, ça n’avait rien d’amusant ou spectaculaire.

Devant le Neighdowlands Stadium encore peu peuplé, une scène avait été installée pour accueillir des groupes locaux, avec de longs bancs installés face à la petite scène devant laquelle se pressait une bonne centaine de poneys. En cherchant une place, Sweetie repéra des visages connus.

Un sabot blanc se leva, suivi d’un sabot rouge. La licorne repéra Rarity, Mac et Fluttershy assis au milieu de la foule. Head et elle s’approchèrent du trio.

« Qu’est-ce que vous faites ici ? » demanda la licorne à sa sœur, en profitant du moment de répit entre deux concerts.

« Oh, nous sommes allé déjeuner tous ensemble pas très loin et la musique nous a attirés ici. Quitte à attendre, autant s’occuper en s’amusant. Et puis- »

« Merci d’applaudir le prochain groupe à monter sur scène. Vous les connaissez tous, j’en suis sûr… » La voix d’un speaker se fit entendre et Sweetie se retourna pour jeter un œil vers la scène, où se présentèrent deux poneys bien connus.

« Toe Tapper et Torch Song, des Ponytones qui ont accepté d’effectuer un remplacement de dernière minute. Applaudissez-les bien fort ! » finit le poney au micro en laissant la scène au duo. Sweetie écarquilla les yeux et se tourna vers Rarity, qui souriait.

« En plus, il se trouve que nous allons assister à un bon concert, n’est-ce pas ? » s’amusa-t-elle. « Tu te joins à nous ? »

« C’est pour ça qu’on est venus », répondit Sweetie en faisant un signe de tête vers Head, qui leva son chapeau pour la saluer. Le banc occupé par les trois Ponytones était plein, alors ils se mirent juste derrière, se serrant pour éviter de devoir éjecter un poney au bout de la chaîne.

Ils étaient épaule contre épaule et c’est tout naturellement que leurs sabots s’enroulèrent l’un autour de l’autre pour se mettre dans une position plus confortable et plaisante pour eux deux. Le concert commença, Head et Sweetie ne perdant pas de temps pour chanter avec eux et avec l’appui du public, ravi d’avoir un peu des Ponytones avant l’heure et même un peu des Ponytones tout court pour ceux ne pouvant pas assister au concert du soir.

Pendant une pause entre deux morceaux, Head se pencha à l’oreille de Sweetie.

« Tu sais, c’est sûrement le groupe que j’ai vu le plus de fois en concert. J’ai tous leurs disques, je suis vraiment content d’être avec eux ici… et d’être avec tout le groupe. Je me sens privilégié », expliqua-t-il, des étoiles plein les yeux. Même après tout le temps passé avec le reste du groupe, son enthousiasme ne faiblissait pas. Il était comme un petit garçon rencontrant ses idoles.

« Tu sais, si tu veux venir voir l’enregistrement de l’album, tu pourras venir. Je suis sûr que tout le monde adorerait que tu sois là », proposa Sweetie. Head écarquilla les yeux.

« Oh Luna ! Tu parles que j’adorerai ! Merci Sweetie ! » se réjouit-il en la serrant un peu plus fort contre lui, passant son sabot non pas autour du sabot de Sweetie mais autour de ses hanches pour que leurs fourrures soient collées l’une contre l’autre.

Sweetie sourit et laissa l’étalon faire, en reposant sa tête contre son épaule. La chanson suivante démarra.

« See the stone set in your eyes… »

À l’écoute des premières notes, Sweetie vit Rarity serrer un peu plus fort Mac devant elle, leurs gestes d’affection se faisant un peu plus tendres et un baiser échangé entre les deux.

Head marmonnait les paroles de la chanson pour laisser les deux voix se faire entendre sur scène. L’atmosphère se fit d’un coup plus romantique. Sweetie tourna la tête vers l’étalon, qui fit de même après quelques secondes. Ils se regardèrent dans les yeux pendant quelques autres secondes, avant que Sweetie ne se penche vers lui.

Head ferma les yeux et tendit ses lèvres. Mais il ne sentit rien d’autre que la tête de Sweetie dans le creux de son épaule et son souffle chaud dans ses oreilles.

« C’est inévitable, hein ? » lui murmura-t-il.

« Seulement si tu le veux, Sweetie », répondit-il.

« With or without you… »

« Est-ce que je serais comme les autres ? » lui demanda-t-elle à nouveau, le surprenant un peu.

« T’es pas comme les autres, Sweetie. » Il marqua une pause. « Désolé, c’est super bateau mais je ne sais pas quoi te dire d’autre. Je ne veux pas que tu sois comme les autres. » Une autre pause. « C’est mieux ? »

Sweetie sourit et recula pour se mettre museau contre museau avec lui. « Beaucoup mieux. »

Ils s’embrassèrent, un petit baiser qui dura quelques secondes seulement, avec uniquement les lèvres s’effleurant, mais qui voulait dire beaucoup plus pour eux deux. Les sabots caressèrent de haut en bas le dos de chacun avant de reprendre leur position précédente une fois le baiser rompu. Ils se fixèrent dans les yeux encore quelques secondes avant de se serrer à nouveau l’un contre l’autre, avec un peu plus de tendresse dans les douces caresses du museau qu’ils se faisaient, échangeant ici et là de doux baisers.

Devant eux, Rarity sourit et referma le clapet de son miroir de poche. Elle l’avait sorti pour se remaquiller après avoir embrassé Mac et l’avait tourné de façon à voir Head et Sweetie derrière, assistant à leur baiser. Elle poussa un soupir de satisfaction et serra un peu plus fort Mac, qui repassa son sabot par-dessus son épaule.

Le concert continua pendant encore une demi-heure, sous les yeux du nouveau couple. Head se leva pour applaudir dès le concert fini et se pencha pour murmurer quelque chose à l’oreille de Sweetie.

« Je dois y aller, mon groupe m’attend. Je vais leur dire pour ce soir. Et si ça les dérange, qu’ils aillent à Tartarus », s’amusa-t-il en prenant l’un des sabots de Sweetie dans les siens.

« Okay, je viendrais en coulisses pendant ton concert, d’accord ? » lui demanda-t-elle. Head hocha la tête et lui donna un dernier baiser avant de la laisser seule.

Head caressa une dernière fois la joue de Sweetie avant de s’en aller. La licorne poussa un soupir de satisfaction et repartit se rasseoir.

En se retournant, elle vit le regard des cinq Ponytones, plus Scootaloo et Rumble qui les avait rejoints, braqué sur elle.

« Quoi ? » leur demanda-t-elle en se rasseyant, cette fois à côté des deux pégases.

Ils détournèrent leurs yeux d’elle et sifflèrent comme si de rien n’était, au moins pour quatre d’entre eux. Rarity souriait d’un air taquin, les yeux légèrement plissés et Scootaloo riait légèrement. Fluttershy se retourna à un moment pour lui offrir un sourire réconfortant, que renvoya Sweetie.

« Alors, on m’a dit que tu allais chanter avec lui ce soir ? » lui demanda Scootaloo. Sweetie hocha la tête et s’attendait au pire. « Et c’est quand le mariage ? » ajouta-t-elle, ce qui fit ricaner Rarity devant.

Sweetie leva les yeux au ciel. « Et toi, alors ? Rumble, qu’est-ce que tu en penses ? »

Le pégase manqua de s’étouffer avec sa boisson en l’entendant, Scootaloo dû lui taper le dos pour qu’il reprenne son souffle. Scootaloo se tourna à nouveau vers Sweetie quelques secondes plus tard.

« Je te taquine, Sweetie. Je suis contente pour toi, c’est tout », dit-elle en se faisant plus sérieuse et en s’approchant un peu plus d’elle pour lui faire un petit câlin. La licorne fit de même et elles se prirent par les sabots, avant que Sweetie ne voie sa sœur se lever de son siège pour s’approcher d’elle.

Les deux chercheuses de talent relâchèrent leur étreinte et les deux sœurs s’observèrent en silence un moment. Le sourire qu’elles partageaient voulait tout dire et Rarity s’avança pour lui donner elle aussi son petit câlin, sans un mot. Entre sœurs, seul le geste suffisait pour exprimer l’affection qu’elles avaient l’une pour l’autre et c’était un de ces instants pour l’exprimer. Après la nuit qu’elle avait eue avec Mac, Rarity était d’humeur affectueuse.

Comme prévu, Sweetie quitta tout le monde un peu plus tard pour aller assister au concert du groupe d’Head. Depuis les coulisses du stade, elle entendait le groupe jouer toujours aussi fort que lors de leur première rencontre. Mais quand elle arriva sur le côté de la scène, elle vit des visages fermés. Bon, ce n’est pas comme s’ils étaient très expressifs d’habitude, mais ils avaient l’air encore plus terrifiants qu’à l’accoutumée. Ils se donnaient à fond sur scène et donnaient très bien le change pour n’importe qui.

À un moment, le bassiste vit Sweetie et fit un signe au guitariste et au batteur, qui tournèrent la tête vers elle. Les sourcils se froncèrent encore plus qu’ils ne l’étaient déjà et ils lancèrent des regards remplis de haine vers Sweetie, qui prit peur et recula de scène, se mettant dans un coin pour simplement écouter le concert qui touchait à sa fin.

Quand celui-ci fut terminé, elle hésita, mais prit son courage à deux sabots et se refit voir des membres du groupe, qui saluèrent le public. Les quatre s’avancèrent vers elle et Head arriva le premier à sa hauteur, comme pour la protéger de la colère des autres membres, qui ne tarda pas à se faire entendre.

Le batteur griffon se mit face à elle et leva une griffe menaçante qu’il posa sous son menton pour lui faire lever la tête. Head la serra fermement et l’amena vers lui pour lui faire retirer cette griffe qui la piquait. Le griffon se mit face au chanteur.

« Head, si tu le fais, le groupe et toi, c’est fini », le menaça-t-il. Head fronça les yeux.

« Ce que je fais, c’est mon problème. Qu’est-ce que ça peut te faire que je chante avec elle ? » grogna-t-il.

« Si tu le fais, tu peux être sûr que nos fans te le pardonneront jamais, tu seras un traître ! Et tu te dis punk ? » lui aboya-t-il, alors que les deux poneys derrière approuvaient d’un hochement de tête.

« Si c’est ça être punk, alors je ne veux plus l’être. Si vous voulez vraiment vous passer de moi, alors bon courage. Est-ce que je dois vous rappeler qui fait tout dans ce groupe ? » rétorqua Head, relâchant momentanément Sweetie pour coller son museau au bec du griffon.

« On se débrouillera très bien sans toi ! Si c’est pour chanter tes conneries, tu le feras seul. On trouvera quelqu’un de plus punk de toi et ça sera pas dur », déclara-t-il en reculant. « Mais on finira cette tournée. Pas question de laisser tomber nos fans, pigé, Head ? » Il n’attendit pas de réponse et partit backstage, laissant le couple seul.

Head baissa la tête, mi-triste, mi en colère et sentit Sweetie l’étreindre fermement, ne disant rien pendant quelques secondes.

« Ça s’est pas bien passé, hein ? » demanda-t-elle doucement à l’oreille de l’étalon, en lui caressant la crinière.

« Non. Mais tu sais quoi ? Je m’en fiche. Je suis… ouais, je peux le dire, je suis soulagé. Je dépendrais plus d’eux. Je pourrais faire ce que je veux », répondit l’étalon, retrouvant rapidement son sourire et sa bonne humeur en serrant ses sabots autour de Sweetie.

« Je… je suis désolé si c’est de ma faute », s’excusa la licorne en relâchant Head, ne le tenant que par ses sabots. Elle baissa la tête. « Je sais que c’est toujours dur de se retrouver seul. J’ai vu ce que ça a fait chez les Ponytones quand ils ont arrêté. Je ne veux pas que tu te retrouves comme ma sœur à déprimer. Je ne veux pas de ça… je veux que tu sois heureux… » finit-elle, la voix tremblante.

L’étalon rit légèrement. « Mais Sweetie… Je suis heureux, tu sais. C’est vrai que je suis un peu triste que ça se finisse. Mais j’ai plein de projets que je pourrais faire maintenant. Tout seul ou… avec toi ? » sourit-il en remontant la tête de la licorne avec son sabot.

Il la fixa longuement, son sourire contaminant le visage de Sweetie. Il se pencha et l’embrassa sur les lèvres. Sweetie retourna le baiser et ils s’étreignirent, toujours dans les coulisses désormais vides. Head brisa le baiser en premier et regarda Sweetie dans les yeux.

« Je voudrais que ce soir ne soit que le début, Sweetie. Qu’on chante ensemble, qu’on fasse nos propres chansons ensemble. Juste toi et moi. Qu’est-ce que tu en penses ? » demanda-t-il, tout excité.

« Tu ne penses pas que tu vas un peu vite ? » lui demanda-t-elle, mi sérieuse, mi rieuse.

« Sweetie, j’ai envie d’aller vite avec toi, tu as vu comment c’était hier soir ? Les groupes, ça se forme souvent sur un coup de tête, alors pourquoi ça serait différent avec toi ? » Il lui prit les deux sabots et les leva devant lui. « Sweetie, je t’adore, comme musicienne et comme… amie ? J’ai jamais été aussi sûr de quelque chose que maintenant. Je veux faire de la musique avec toi, je veux rester avec toi. » Il la regarda avec ses yeux pleins d’espoir. « Alors, qu’est-ce que tu en dis ? »

Sweetie était touché par ses mots. Il les vivait, il voulait tellement être avec elle, pas seulement pour la musique mais pour bien plus. Elle ne mit pas longtemps avant de faire connaître sa réponse. Elle rabaissa ses sabots et les releva instantanément pour les mettre sur chacune des épaules d’Head.

« J’en dis que tu peux m’appeler ta petite amie », lui dit-elle avant de l’embrasser. Ils s’étreignirent et firent durer le baiser un moment, insensibles à l’agitation autour d’eux.

Quand ils rompirent le baiser, ils entendirent quelqu’un tousser. Leurs têtes se tournèrent vers la source du bruit : les Ponytones au complet plus Scootaloo et Rumble.

« On ne vous dérange pas ? Désolée si c’est le cas… » demanda timidement Fluttershy, un peu inquiète de les interrompre pendant un moment si précieux pour eux.

Ils se séparèrent, tous les deux avec les joues rouges et détournèrent le regard. Le sabot de Sweetie trouva celui d’Head et elle lui fit tourner la tête vers lui.

« C’est à nous », lui dit-elle simplement en voyant le piano qui finissait d’être installé sur scène. « Prêt ? » lui demanda-t-elle.

Head prit la guitare que lui tendait Rarity avec son aura lumineuse, lui fit un clin d’œil et répondit par l’affirmative. « Prêt. »

Ils se dirigèrent vers la scène, attendirent le feu vert pour y aller et entrèrent à deux, surprenant un peu le public nombreux présent au stade, qui reconnut le chanteur du groupe précédent. Sweetie s’avança au micro et mit rapidement les choses au clair.

« Bonsoir à tous ! »

Le stade applaudit pour saluer son entrée, déjà chauffé à blanc par les groupes précédents. Head finissait d’accorder sa guitare le temps que Sweetie fasse son speech.

« Ce soir, je vais chanter non pas seule, mais avec un invité spécial : Head Banger de Go to Tartarus ! » informa-t-elle au micro en pointant du sabot vers l’étalon, qui salua et reçut une nouvelle salve d’applaudissements. Les photographes placés en bord de scène firent crépiter leurs flashs pour capter cette scène improbable. Le public était curieux d’entendre ce que donnerait ce mélange des genres entre la pop inspirée des Ponytones et le trash metal du groupe d’Head.

Sweetie s’installa derrière le piano et se rendit compte qu’elle n’avait pas défini de setlist avec Head. Elle lui fit signe de s’approcher et lui murmura à l’oreille.

« On joue quoi ? Ce que je joue d’habitude en première partie ? Tu connais ce qu’il faut jouer ? » demanda-t-elle, un peu paniquée.

« Pourquoi pas ce qu’on a chanté hier soir ? Tu peux improviser la mélodie au piano, non ? Si tu as des idées, fais les premières notes au piano et je verrais si j’ai besoin de jouer de la guitare ou pas, d’accord ? » proposa-t-il pour la rassurer. « Je te laisse démarrer, okay ? » Il sourit pour la rassurer et repartit derrière son micro.

Il la regarda commencer sa chanson. Les sabots de Sweetie glissèrent sur le piano et elle fit entendre au stade les premières notes.

« Each morning i get up, i die a little… »

La voix d’Head la joignit, recréant la combinaison gagnante qui avait tant séduit la veille. En coulisses, les Ponytones appréciaient eux aussi le résultat et se joignirent à l’émerveillement du public. Tous étaient admiratifs de l’alchimie qui fonctionnait entre eux. Rarity était fière de voir sa sœur prendre son envol ainsi et elle ne pût s’empêcher de verser une petite larme à quelques instants.

Après une demi-heure de show enfiévré, la dernière note se fit entendre. Ils avaient tout donné et luttaient pour reprendre leur souffle, profitant des applaudissements du public conquis. Sweetie se leva du piano et s’approcha du micro où se trouvait Head.

« Merci à tous ! J’espère que vous avez aimé ! Et dans quelques instants, les Ponytones ! » finit-elle. Portée par l’euphorie après ce show réussi, elle tourna sa tête vers Head, qui souriait avec le même enthousiasme. Devant le stade comble, elle passa un sabot autour du cou de l’étalon et l’embrassa délicatement sur les lèvres, rapidement pour quitter la scène et rejoindre les coulisses. Les photographes eurent le temps de prendre la photo alors qu’un « Ooooh » parcourut les travées du stade, qui applaudit encore les deux amoureux. Ils saluèrent et partirent là où se trouvaient les Ponytones, tandis que les techniciens s’affairaient à démonter le piano.

« Bravo ! »

« Magnifique ! »

« Super show ! »

Les Ponytones complimentèrent sur le duo qui reçut des tapes amicales sur le dos, des sabots ébouriffant leurs crinières et des câlins, surtout pour Sweetie. Head regarda les deux sœurs s’étreindre avec un regard attendri. Chanter avec elle n’avait fait que confirmer le fait qu’il voulait que cela soit tout le temps comme ça.

« Monsieur Head, euh… » commença Fluttershy, un peu intimidée avant de passer sur scène. « Vous allez encore rechanter avec Sweetie plus tard ? C’était tellement beau, ce serait dommage que ça soit seulement pour ce soir. » Head sourit et se tourna vers la pégase, tout en gardant un œil sur Sweetie.

« Miss Fluttershy, c’est tout ce que j’aimerais faire. Je vais d’abord finir ma tournée et ensuite… » Il observa Sweetie étreindre une nouvelle fois Rarity. « Ensuite… on prendra le temps pour décider ce qu’on fait mais… je pense qu’on trouvera de quoi faire un album ensemble », sourit-il. « Surtout que je ne suis plus dans un groupe », ajouta-t-il.

Toe et Torch tournèrent la tête vers lui, surpris. « Quoi ? Vous quittez votre groupe ? » questionna Torch.

L’étalon acquiesça. « Oui. Enfin, c’est plus eux qui m’ont viré que l’inverse, mais ce n’est pas grave. C’est la vie. Il y a un moment où il faut savoir dire stop quand ça ne va plus. Ça me laissera le temps de faire des projets avec Sweetie », expliqua-t-il alors que la jument revenait à côté de lui.

« Mais… ça ne vous rend pas triste que… ? Enfin, je veux dire, les séparations, ça n’est jamais facile », se souvint Toe, les autres membres du groupe acquiesçant sans un mot.

« S’ils ne m’acceptent pas comme je suis, alors ce ne sont pas vraiment mes amis. Et je ne veux plus avoir affaire avec eux à la fin de la tournée », déclara-t-il solennellement en étreignant Sweetie du sabot.

« Vous… vous êtes sûr ? On finit toujours par avoir des regrets, vous savez ? » lui demanda Rarity. « On peut mettre des années à s’en remettre et… et même jamais », avoua-t-elle en baissant les yeux.

« Miss Rarity, je sais qu’il y a un moment où je vais avoir ces mêmes regrets. Mais… » Il tourna la tête vers Sweetie et caressa son museau contre sa joue. « L’important, c’est que je sois bien entouré pour passer à autre chose. Et je le suis. » Sweetie fit un mouvement pour se dégager et l’embrassa doucement sur la joue avant de l’étreindre à nouveau.

Les Ponytones sourirent. Après s’être séparés, ils étaient partis chacun de leur côté et étaient incapables, pour la plupart, de se projeter sur l’avenir. Excepté la famille, ils n’avaient personne d’autre à qui se confier, avec qui envisager autre chose que le groupe. Sweetie serait là pour aider Head à surmonter ça et il savait que la tâche serait plus facile avec elle à ses côtés.

« Et puis, s’il faut, on refera une tournée de reformation dans dix ans. J’aurai des conseils à vous demander », s’amusa-t-il. Un frisson parcourut Sweetie, elle craignait que la blague ne passe pas et attendît avec appréhension la réaction du groupe, tous les muscles de son corps se tendant.

Mais ceux-ci rirent de bon cœur. Ils avaient passé le stade où ils étaient prêts à rire de leurs mésaventures et cela voulait déjà dire beaucoup par rapport à il y a quelques semaines.

« Oh, monsieur Head, vous êtes impayable ! » s’amusa Rarity en amenant son sabot sur sa bouche.

« Deux minutes ! » cria une voix en coulisses.

Les Ponytones reprirent leur sérieux et s’avancèrent juste derrière les rideaux, se préparant à affronter un public qui tapait déjà des sabots en criant le nom du groupe.

Ce concert s’annonçait mémorable.

Il l’était déjà pour deux poneys.

« Juments et étalons, les PONYTONES !!! »

Le groupe pénétra sur scène, libérant les spectateurs qui saluèrent leur entrée par une nouvelle salve d’applaudissements. Le stade tremblait tellement qu’on aurait pu croire qu’il allait s’écrouler. L’apothéose de cette journée allait commencer.

Sur le côté de la scène, Sweetie et Head se penchèrent l’un contre l’autre, flancs contre flancs, sabots enroulés l’un dans l’autre, tout comme leurs queues, la rose et violette se mêlant à la noire.

Enfin, la rose au vu des quelques mèches de couleur qui ressortaient.

Après le concert, qui fut comme prévu mémorable, tandis que les Ponytones filèrent rapidement dans leurs chambres en prévision du train matinal à prendre pour demain, Sweetie raccompagna Head jusqu’à sa chambre, ne s’éloignant que rarement de lui. La licorne souriait à pleines dents et espérait que l’étalon lui proposerait de passer cette dernière nuit avec elle, au moins pour profiter un peu plus longtemps de son étreinte… et plus si affinités.

Mais l’étalon semblait moins enjoué, plus soucieux qu’avant. Sweetie fit de son mieux pour lui redonner le sourire en le caressant avec son museau et en l’embrassant sur la joue et sur les lèvres à de multiples reprises. Mais rien ne semblait redonner le moral à Head. Arrivé devant sa chambre, l’espoir était toujours de mise pour elle. Elle avait un argument à faire valoir.

« Head, quelque chose ne va pas ? » demanda-t-elle à l’étalon qui ouvrit la porte de sa chambre. Il soupira avant de tourner lentement la tête vers elle, un petit et faible sourire sur son visage pour la rassurer.

« Je commence à réaliser pour moi et le groupe… On n’efface pas dix ans passés ensemble comme ça, et ça commence à… C’est la partie pas facile qui commence. Tu sais, c’est un peu comme si je portais le deuil, tu vois… » s’amusa-t-il, mollement.

Sweetie s’avança et lui fit un câlin pour le réconforter. « Tu… tu veux que je reste avec toi ce soir ? » lui demanda-t-elle à voix basse.

Head sourit et la repoussa gentiment. « Merci, mais… je préférerais être seul. J’ai… j’ai besoin de digérer. On se voit demain matin à la gare, okay ? Mon train part un peu après le tien. Promis. Je serais là », la rassura-t-il avant de se pencher pour lui donner le dernier baiser de la journée, le plus tendre qu’ils aient partagé aujourd’hui. Sweetie le fit durer un peu plus longtemps avant de le rompre.

« Si tu as besoin de quelqu’un, je suis là, d’accord ? » lui proposa-t-elle. Head hocha la tête et lui sourit avant de lui souhaiter bonne nuit.

La porte se referma, laissant Head seul avec ses pensées.

Mais même dans ses pensées, il y avait une jument qui était là pour l’aider. Il repensa à la journée et sourit. Elle était contrastée, mais cela en valait la peine à la fin. Il alluma une radio pour entendre une émission de radio nocturne qui l’aiderait à oublier les problèmes de la journée. Il sourit en entendant la première chanson jouée. Le monde était petit.

« Find me somepony to love… »

Vous avez aimé ?

Coup de cœur
S'abonner à l'auteur

N’hésitez pas à donner une vraie critique au texte, tant sur le fond que sur la forme ! Cela ne peut qu’aider l’auteur à améliorer et à travailler son style.

Note de l'auteur

Horreur! Bronie n'a pas défon... partagé son opinion que j'apprécie énormément (sans blaguer) sur le précédent chapitre! Bronie, je compte sur toi!

ça faisait bien longtemps que j'avais pas publié de chapitre... Presque un mois. Dire que je pensais en publier un toutes les deux semaines au début, ben non. La fin arrivera donc un peu après 2017. D'ici là, j'espère publier deux fics originales (une histoire médiévale) et une suite à Learning to Fly, l'une des toutes premières fics que j'ai rédigée sur ce site.

Et éventuellement une suite à Night and Day.

Bon, qui sera là aux Ponyfolies à Paris le 12 novembre? Fait rare: je ne voyagerai pas avec Braeburn, ce qui est un sacrilège pour moi. Je serai grimé en Wonderbolt, avec Spitfire et/ou Soarin avec moi. Pour ceux voulant me soutirer des infos sur le prochain Night and Day ou la fin de Turn it On Again, trois choix possibles lors de cette convention si vous me croisez:
1- Menacer de me mettre un gros pain dans la tronche. En général, je m'abaisse très vite.
2- Me faire boire jusqu'à ce que je donne la fin de la fic, mon adresse et mon code de carte bleue. Mais je risque plus de vous vomir dessus qu'autre chose.
3- Suggérez la fin. Je pense mes fics suffisamment prévisibles pour deviner ce qui se passe.

Vous pouvez aussi me faire une donation, je prends chèque, cash et carte bleue, pour des révélations.

En espérant en croiser certains à Paris, même si je ne voyage pas avec une grosse pancarte 'INGLOBWETRUST' au-dessus de ma tête, et s'éclater comme à toutes les conventions, à plus!

Chapitre précédent Chapitre suivant

Pour donner votre avis, connectez-vous ou inscrivez-vous.

jojo
jojo : #43487
Une histoire médiévale? Ça m'a l'air jojo tous ça ^^ et j'aimerais bien venir à la convention pour essayer de te bourré la gueule mais je suis faucher et j'habite trop loin de Paris T-T mais bon amuse toi bien et bonne chanse pour tes futur projet ^^
Il y a 3 mois · Répondre
Trone
Trone : #43484
j'ai un horrible pressentiment pour le jeune couple ( dans ma famille on m'appel le corbeaux, synonyme chez nous de porte poisse, car quand j'ai un mauvais pressentiment ça se vérifie presque toujours ). Donc voila mes pronostique pour le petit couple tout mignon Sweetie/Head .

1 ; un membre du groupe de Head prend très très mal la séparation a venir et décide de confié son mal-être a Héad a grand coup de manche de pioche sur sa petite tette. R.I.P Head.

2 : Tout le contraire, le groupe de Head vient s'excuser, parler du bon vieux temps ect ect et le petit Head se dit qu'il c'est un peut précipité avec Sweetie et décide de resté avec son groupe.

3 : Presque pareille que pour le 1. Un membre du groupe la très mauvaise et décide de supprimer la cause du problème, c'est à dire Sweetie.


Voila. Et si vous me trouvait pessimiste, je vous répondrais ce que ma mère ma dit un jour " La vie c'est un très long désert ou tu doit toujours avancer avec parfois une petite oasis et tu verra que la plus part son des mirage".
Modifié · Il y a 3 mois · Répondre
AuRon
AuRon : #43482
Oh mon dieu !!

Un chapitre si concentré en mignonitudes que j'ai fais des tête à briser les miroirs tout du long ^^

Franchement bon chapitre même si la scène pré-concert était cliché au possible ce qui m'a légèrement déçue. Mais pas d'inquiétudes, elle remplis son rôle.

Plus sérieusement j'espère qu'il n'y aura pas de retard pour la suite. J'ai vraiment besoin de ma dose d'Inglobwetrust semestrielle.
Il y a 3 mois · Répondre

Nouveau message privé