Fond: Simple generous gifts par Devinian

The Snow on Her Cheek

Une fiction traduite par System.

Chapitre 14 - Two for the Road

Octavia maintint une pause dramatique durant quelques secondes. A sa surprise, Vinyl acquiesça simplement et lui fit geste de continuer.

« Vinyl ? Tu n'es pas... choquée après une si terrible révélation ? » demanda la violoncelliste, légèrement perturbée par le fait que tout l'effet théâtrale était inefficace sur la licorne.

« Nan. » Répondit la pianiste oisivement. « Tu sais, c'était un peu évident. Je veux dire, des costumes noirs ? Des lunettes de soleil ? Tout ce business familial ? » Elle sourit, retirant ses lunettes, un geste qu'Octavia apprécia, révélant ses yeux rieurs. « Je suppose que même George aurait vu qu'Alexandro est un parrain de la mafia. »

Octavia clignait des yeux d'étonnement. Comment se fait-il qu'elle soit d'accord avec ça ? « Chérie, tu n'es pas... déçue de moi ? » demanda-t-elle, essayant de passer à travers le mur invisible d'émotion que le cœur de Vinyl créait. « Tu m'aimes toujours, même en tant que membre d'une famille mafieuse ? »

La pianiste tomba presque sur le dos de rire, et elle l'aurait fait, si elle n'avait pas était dans un train, et que les bords du compartiment ne l'avaient pas empêchée de le faire. « Tavi, bien sûr que je t'aime, idiote de pouliche ! » Elle prit rapidement l'initiative de déposer un baiser sur ses lèvres, pour prouver son affection. « Eh, c'est génial ! Ma compagne fait partie de la mafia ! » Elle sourit encore plus, alors qu'Octavia baignait dans l'arrière-goût du baiser. « Dis moi dis moi dis moi ! » S'exclama soudain Vinyl, se mettant intérieurement sur un mode enfantin. « Qu'est-ce que vous faites ici ? Contrebande ? »

« Vinyl- »

« Corruption ? »

« Vinyl ! »

« Jeux de hasard ? »

« VINYL ! » Octavia hurla pratiquement, interrompant sa pianiste. « Je. Ne. Sais. Pas. »

« Hein ? » Vinyl cligna des yeux. Ça te dérange d'expliquer ? Exprima son regard.

Octavia soupira et reprit ses esprits. « Je ne peux rien te dire à propos du business familial parce que je n'ai jamais été dedans. » Elle sourit à sa compagne en signe d'excuse. « Je suppose que c'est probablement excitant, mais ma familia est simplement ma famille, pour moi. » Son sourire s'amplifia chaleureusement lorsque des souvenirs de son enfance lui revinrent en tête. « J'aime sincèrement ma famille, mais ce sont juste des parents pour moi. Pas la mafia, pas des poneys d'affaire. Juste mes parents et mes frères aimants et soucieux. »

« Je vois... » Vinyl acquiesça respectueusement, soudain remplie de contemplation. « Eh bien, c'est génial. » Elle réfléchit un instant, spéculant sur quoi demander ensuite, étant donné l'occasion. « Alors... Peux-tu m'en dire plus sur ta mère et cet autre frère ? » Son nom était Cornelio ou quelque chose comme ça ?

Octavia sourit et acquiesça. « Bien sûr. Ma mère, Sofia Philarmonica... » La violoncelliste ferma les yeux, l'image de sa mère, belle et majestueuse, apparaissant dans son regard, souriant légèrement. « C'est une formidable poney. Elle est douce, et soigneuse, et elle m'aime sincèrement. » Le sourire d'Octavia s'effaça un peu alors qu'elle remuait la tête. « Mais c'est une violoniste... relativement célèbre, et elle est toujours en tournée... » La jument tressaillit, voyant l'humeur de Vinyl s'assombrir également. « Toujours est-il qu'elle a toujours utilisé chaque minute de son temps libre pour s'occuper de moi. » Conclut-elle, désireuse de changer de sujet. « Comme pour Cornelio, mon frère... » La violoncelliste sourit. « Il a toujours été brave et déterminé. Mais il prend toujours tout trop à cœur. Je me rappelle d'une fois où des poneys l'avaient embêté à l'école parce qu'il était Scoltcilien... » Octavia gloussa. « Il s'était faufilé dans la chambre de Père ce soir là et avait volé son pistolet. Tu aurais du voir la tête de ces voyous lorsqu'il l'avait ramené à l'école le lendemain. « Ce qui est étrange, cependant, c'est que Père ne l'avait pas puni pour ça. » Octavia frotta pensivement son menton. « Si je me rappelle bien, il l'avait seulement tapoté sur la tête et avait commencé à lui donner des leçons de tirs quelques temps après. »

Vinyl se balançait mal à l'aise. Bien, je suis heureuse que Tavi soit tolérante avec ça... mais des armes ? Elle tressaillit à la simple pensée d'un tel concept. Un poulain prenant un pistolet à l'école ? A quoi cela pourrait bien mener ? Cependant, son esprit substitua rapidement de telles pensées par une scène élaborée, plutôt réaliste d'Octavia avec un chapeau, un pistolet dans le sabot, une cigarette à la bouche... Une scène plutôt originale se déroulée devant ses yeux.

« Maintenant qui c'est la vilaine pouliche ? » Octavia cracha sur le sol, prenant une bouffée de sa cigarette.

« Moi ! J'ai été un vilaine pouliche ! » Cria Vinyl, liée au lit, des menottes l'empêchaient de bouger, et une espèce de sac posé sur sa corne l'empêchait d'utiliser sa magie pour s'enfuir.

« Bien bien bien... » S’exaspéra Octavia avec un sourire espiègle, se rapprochant du lit. « Il semblerait que cette vilaine pouliche ait besoin d'une punition appropriée... »

Vinyl cligna des yeux et revint à la réalité.

Oh punaise, c'était excitant. Nous devrions vraiment acheter un pistolet... et un chapeau...

« Bref. » Dit poliment Octavia, voyant sa compagne glisser dans le monde des fantaisies. « Il a vraiment bon cœur et bon âme, et il a toujours été protecteur envers moi. » Conclut-elle, maintenant une pause. « Vinyl ? » Elle posa un sabot sur la table, seulement à quelques centimètres de celui de sa compagne. « Je crois que maintenant c'est à ton tour. »

Vinyl soupira et se revigora, fermant les yeux. Très bien, Vinyl, va droit au but. Rien à perdre...

« Eh bien, je n'ai aucun semblable. » Elle commença à faire des cercles avec son sabot sur la table. « Ma famille... était plutôt... tolérante... » Elle fronça les sourcils. « … Quand ils n'étaient pas bourrés, bien sûr. J'allais à l'école, j'étudiais, puis je rentrais à la maison et je faisais le dîner. Ensuite ils venaient vers moi, me criaient dessus, et me battaient parfois- »

Octavia tressaillit à haute voix, une douleur poignardait sa poitrine. Vinyl... Pensa-t-elle sérieusement. Qu'est-ce qu'ils t'ont fait ?.. Mais elle savait qu'elle avait mieux à faire que d'interrompre sa compagne alors qu'elle était enfin sur le point d'ouvrir une fenêtre sur son passé.

« -et puis ils allaient se traîner pour dormir et je faisais mes devoirs. Jours après jours, coincée dans la même routine. Oh, et quand je suis rentrée un jour en disant, « Pa', 'Man, je suis une filly-fooler. », ils m'ont mise à la rue et m'ont menacée d’appeler la police si jamais je revenais. Ce que je ne voulais pas. » Conclut-elle, avec une sorte d'expression douloureuse sur son visage. « Je suppose que c'est mieux qu'ils m'aient dégagée. Vivre dans la rue était bien plus agréable que de vivre avec ces deux là... »

« Vinyl, si tu ne veux pas en parler, tu n'as pas besoin... » Octavia se leva et se dirigea vers sa compagne, prenant la place à côté d'elle. Oh Vinyl, pauvre petite chose... Pensa-t-elle en caressant doucement sa crinière.

« Nan, tout ça n'est que du passé. J'ai passé quelques temps à l'ombre pour du filly-fooling, tu sais ? » Dit soudain Vinyl, et sourit en voyant l'expression atterrée de sa violoncelliste. « Ne t'en fais pas, Tavi – ces juments n'étaient que des histoires d'un soir. » Elle sourit et attrapa sa compagne par la taille, la tirant plus près. « Tu es la première que j'ai réellement aimée... » la pianiste posa un baiser sur les lèvres de la violoncelliste. « ...Et aussi la dernière et l'unique. » Elle sourit à Octavia, qui le lui rendit.

« Vinyl... » Murmura la violoncelliste, glissant plus proche de la licorne, sentant sa chaleur la rassurer. Ensemble, nous surpasserons n'importe quoi, s'assura-t-elle intérieurement. Je sais qu'avec Vinyl à mes côtés, demain sera toujours un meilleur jour...

« Eh, et si je te racontais au moins comment j'ai rencontré George ? » Suggéra Vinyl, son visage s'éclaircissant grâce à un tel souvenir.

Octavia acquiesça de contentement, et la licorne commença à lui raconter son histoire, pendant que le son du train avançant tranquillement sur les rails consolidait le récit avec sa tiédeur et sa tranquillité habituelle.

Vous avez aimé ?

Coup de cœur
S'abonner à l'auteur

N’hésitez pas à donner une vraie critique au texte, tant sur le fond que sur la forme ! Cela ne peut qu’aider l’auteur à améliorer et à travailler son style.

Chapitre précédent Chapitre suivant

Pour donner votre avis, connectez-vous ou inscrivez-vous.

Aucun commentaire n'a été publié. Sois le premier à donner ton avis !

Nouveau message privé