Fond: Simple generous gifts par Devinian

The Snow on Her Cheek

Une fiction traduite par System.

Chapitre 17 - You'll Never Walk Alone

« Vinyl, allez ! »

« Octy, je préférerais plutôt rester ici... » balbutia la licorne, se tenant à l'écart de la porte d'entrée de la clinique.

Octavia fronça les sourcils. « Octy ? Encore ? Non, ne me le dis pas ! » Cria-t-elle au moment où le visage de Vinyl s'éclaira avec un large sourire, ouvrant la bouche, désireuse de lui rappeler exactement pourquoi la violoncelliste avait l'honneur d'être à présent nommée 'Octy'. Vilaine vilaine vilaine~ répéta la voix de Vinyl dans la tête de la jument, puis elle cligna des yeux, se demandant si la pianiste avait un quelconque pouvoir magique, lui permettant de transmettre ses pensées aux autres poneys. Oh, attends, maintenant que j'y pense c'est Vinyl. Gloussa-t-elle. Vinyl ? Une puissante magicienne ? Octavia rit, couvrant sa bouche d'un sabot.

« Tu repenses à la nuit dernière, hein ? » Demanda Vinyl, souriante, et Octavia aurait pu jurer qu'elle avait vu une lueur d'amusement dans ses yeux rouges rubis, malgré le fait qu'ils soient masqués par ses lunettes. « Bien que, je dois t'en remercier – tu as été géniale ! » Vinyl lui fit un clin d’œil, ce qui la fit rougir et lui fit se cacher le visage.

« Vinyl, arrête d'essayer de me distraire ! » S'exclama Octavia d'un ton ferme, essayant de pousser sa jument vers la porte.

« Eh, tu n'étais pas si préoccupée à propos de distraction la nuit dernière ! » Rétorqua Vinyl, rigolant, mais obéissant aux ordres de sa violoncelliste. Elle s'approcha de la porte, réunissant de l'énergie dans sa corne. Allez, Vinyl... C'est facile. Ouvre juste la porte...

Soudain, elle sentit son champ d'énergie s'affaiblir lorsque un certain sabot gris se plaça sur sa corne. Vinyl regarda sa compagne, qui arborait un sourire chaleureux.

Octavia acquiesça. « Ne t'inquiète pas. Je suis avec toi. »

Vinyl approuva et passa la porte. Très bien, rien d'effrayant ici. Juste une pièce... un accueil... quelques pots de fleurs... Ouais, rien d'effrayant ! Elle se rassura tout en suivant Octavia vers l'accueil. Au plus grand plaisir de la violoncelliste, l'hôtesse d'accueil était la même poney jaune qu'elle avait rencontrée ici la première fois.

« Bonjour, mademoiselle Octavia ! » La jument les accueillit avec un sourire chaleureux. « Et ce doit être... » Elle vérifia le papier. « Mademoiselle Vinyl Scratch, si je ne m'abuse ? »

« La seule et l'unique ! » S'exclama Vinyl, essayant de cacher son anxiété derrière un mur éclatant de moquerie.

La jument jaune gloussa. « Je suppose que vous êtes venues pour commencer son traitement ? » Demanda-t-elle, sans insister sur le mot redouté, parlant d'une façon douce, mais professionnelle.

Les juments acquiescèrent, l'expression d'Octavia était résolue, celle de Vinyl était nerveuse. La pianiste se balançait sur ses sabots.

« Donc. » Le visage de l'hôtesse devint sérieux en un instant lorsqu'elle commença à expliquer le déroulement du traitement. « Pour commencer, nous allons vous faire subir quelques examens pour voir à quel point votre addiction est forte. » Elle regarda Vinyl, qui acquiesça, de la peur emplissait sa tête, faisant battre son cœur plus fort. « Puis, nous allons purifier votre corps des produits. C'est un processus déplaisant, mais ce ne sera pas long. » Oh, au moins ce sera vite fini, pensa Vinyl avec une certaine forme de soulagement. « Mais pour corriger les séquelles psychologiques, nous vous conseillons de rester plusieurs semaines. Ce sera la partie la plus difficile. » Conclut-elle, regardant les juments, dont les visages s'étaient effacés à l'idée d'une si longue période sans se voir.

Elle sourit et gloussa. « Bien sûr, nous vous laisserons rentrer chez vous un moment au bout de quelques jours. » Voyant les airs dubitatifs des deux juments, elle expliqua. « C'est bientôt l'Hearth's Warming Eve*, après tout. »

*Hearth's Warming Eve : c'est également le titre de l'épisode 11 de la saison 2 en version originale. Cependant le titre français n'a pas vraiment de sens ici étant donné que je suppose que c'est juste un clin d'oeil à la série et que je ne vois pas trop où l'auteur aurait voulu en venir.

« L'Hearth's Warming Eve ?! » s'exclamèrent Vinyl et Octavia à l'unisson.

Comment ai-je pu oublier ça ? Se demanda-t-elle, alors que la pianiste pensait à peu près la même chose, mais parsemé de jurons de toutes sortes. Quoi que... Octavia gloussa. Avec Vinyl à mes côtés, c'est facile d'oublier pratiquement tout. Elle porta un regard affectueux à sa compagne, mais un regard rapide, pour qu'il ne soit remarqué que par la licorne. Heureusement, la licorne prit l'initiative de le retourner tout aussi discrètement.

« J'ai pensé que vous voudriez le passer ensemble. » Dit l'hôtesse avec un large sourire.

« Qu'est-ce que vous sous-entendez ? » Demanda Octavia, plutôt sévère. Oh non, elle ne sait pas... Elle ne peut pas savoir ! S'il vous plaît...

« Eh bien, étant donné que vous êtes de bonnes amies, de ce que j'ai compris... » Répondit-elle.

Vinyl laissa s'échapper un soupir de soulagement, bien trop fort à son goût. « Ouais... C'est exactement ça. » Elle gloussa d'un air gêné. Tu es la maîtresse de la conspiration, Vinyl. Une fichue maîtresse. Une fichue maîtresse dans l'art de conspirer.

Alors que Vinyl se dégradait mentalement, Octavia regagnait en confiance. Elle arbora un sourire et approuva les dires de la jument jaune.

« Bien sûr, ce serait adorable. » Elle secoua le sabot de la pianiste, la ramenant à la réalité. « Maintenant, à propos du traitement de Vinyl... »

« Oh, bien sûr ! » S'exclama l'hôtesse, sortant de derrière son bureau, en lévitant quelques papiers. « Suivez-moi, s'il vous plaît. »

Après quoi, la licorne jaune conduisit les deux juments dans un couloir illuminé, parsemé de portes peintes aux couleurs chatoyantes, bordées de deux numéros sur leurs côtés. Vinyl remarqua, et pas sans soulagement, que l'éclairage était loin de ressembler à ce qu'elle avait imaginé d'un hôpital. Ce n'était pas d'un blanc aveuglant, mais à la place c'était une lumière jaunâtre tamisée, avec une pointe de vert et de violet. Elle considérait que seule la magie pouvait être la source originelle d'une telle illumination. D'accord, c'est peut-être aussi doux parce que ce n'est pas un hôpital, pensa-t-elle. C'est une clinique, après tout.

« Voici votre chambre individuelle~ » Dit-elle d'une voix chantante, en ouvrant la porte numérotée 42.

Vinyl jeta un coup d’œil à l'intérieur. Elle vit une pièce simple, pauvrement meublée avec une seule garde-robe et un lit propre, des rideaux rouges empêchaient les rayons du soleil de nuire à la sérénité qui y régnait. D'accord, je vais devoir passer plusieurs semaines ici... pensa la pianiste en regardant la pièce ; Octavia faisait de même.

« Je vais vous laisser toutes les deux. » dit l'hôtesse, et, voyant les airs subjugués ( et un peu terrifiés ) des deux juments, ajouta rapidement, « Pour ranger vos affaires, je voulais dire. »

« Ah, nos affaires. Bien sûr. » La violoncelliste gloussa et maudit le manteau de sa compagne parce qu'il était blanc, des ombres rougeoyantes virant sur le rose étaient déjà apparues dessus.

Lorsque l'hôtesse s'en alla, les deux juments laissèrent s'échapper un soupir de soulagement et un rire nerveux, se regardant l'une et l'autre.

« Très bien, revenons à nos affaires. » Dit Octavia, en ouvrant ses sacoches. Si je place l'abat-jour et sa tasse sur la table, et quelques écharpes dans la garde-robe...

Pendant ce temps, Vinyl eut un long moment d'hésitation entre se moquer de sa compagne ou pas. Et, comme d'habitude, la première option prit le pas sur la seconde.

« Waw, juste ici ? » Lui demanda Vinyl en faisant mine d'être étonnée, faisant se retourner Octavia. « Tu es une jument si grasse, cela donne envie de passer un peu de bon- »

Hélas, la pianiste ne put finir sa tirade, le sabot gris s'abattit tout droit sur sa mâchoire. Aïe.

« Ah, je vois que tu fais dans le S & M, Octy ? » La taquina Vinyl, en se frottant le menton pensivement.

« Rien ne m'empêche de te frapper une seconde fois. » Répondit Octavia d'un ton réprobateur. Comment peux-t-elle penser au... D'accord, ce n'est pas ça... Je veux dire, oui, nous pourrions... Arg, Vinyl !

« Je vais appeler l'infirmière ! » S'exclama Vinyl, en pointant son sabot sur Octavia. « Je vais lui dire que cette vilaine jument m'a tapée ! »

« Oh, dans ce cas... » Octavia passa devant Vinyl, un sourire espiègle sur le visage. Elle frotta son flanc sur celui de Vinyl d'une manière joueuse. « .., ce sera hors de ta portée pour au moins une semaine~ » Gloussa-t-elle, en allant vers la garde-robe.

Le visage de Vinyl devint rouge pâle. Elle décida pour son bien d'assister la jument dans le rangement de ses affaires.

Après qu'elles aient tout rangé comme Octavia l'avait imaginé, les deux poneys s'assirent sur le lit, le matelas confortable fit remonter un frisson de douceur à travers leurs épines dorsales.

L'occasion était parfaite, et Vinyl ne pouvait tout simplement pas la rater. Elle se pencha en avant et embrassa les lèvres de sa violoncelliste, de la manière la plus désinvolte possible, de peur que l'infirmière n'arrive et ne surprenne leur petit manège, mais néanmoins il fut délicieux.

Les joues d'Octavia devinrent rouges à la fin de leur baiser, et elle posa sa tête sur l'épaule de Vinyl, surveillant minutieusement la porte fermée. Vinyl... Je ne sais tout simplement pas comment je vais dormir seule ce soir... Pensa-t-elle avec une pointe de tristesse.

Je suppose que c'est tout, Vinyl réfléchissait, regardant autour d'elle. Tant de nuit sans Tavi à mes côtés... Je me demande si je vais y arriver ?

« Dis, Tavi, pourquoi n'as-tu pas emmené la pommade ? » Demanda la pianiste, sans changer de position.

Octavia soupira. « Ils n'acceptent pas de produits étrangers. »

« Étrangers ? Je croyais que c'était fait à Equestria ? » Rétorqua Vinyl confuse.

« C'est l'autre sens du mot, idiote de jument. » La violoncelliste posa un baiser sur son front. « Je te jure que je vais t'obtenir un dictionnaire pour l'Heart's Warming Eve. »

Vinyl ne répondit pas. Elle restèrent simplement assises plusieurs minutes, se disant silencieusement au revoir, aucune d'entre elles n'était prête à appeler l'hôtesse.

« Tavi ? »

« Mmh ? » Répondit Octavia, les yeux paisiblement clos.

« Je t'aime. »

« Je t'aime aussi, Vinyl. » La violoncelliste sourit.

Vinyl sourit également. « Au fait... A propos de ces trucs S & M- »

« Non. »

Vous avez aimé ?

Coup de cœur
S'abonner à l'auteur

N’hésitez pas à donner une vraie critique au texte, tant sur le fond que sur la forme ! Cela ne peut qu’aider l’auteur à améliorer et à travailler son style.

Chapitre précédent Chapitre suivant

Pour donner votre avis, connectez-vous ou inscrivez-vous.

slendercut
slendercut : #32774
a propos de ses trucs SM non
Il y a 1 an · Répondre
Elmotoh
Elmotoh : #98
Porte Numéro 42 et ce n'est pas un hasard Jean suis sur.
Il y a 3 ans · Répondre

Nouveau message privé