Fond: Simple generous gifts par Devinian

The Snow on Her Cheek

Une fiction traduite par System.

Chapitre 24 - Someone to Watch Over Me

Le vacarme rythmique du train résonnait dans la tête d’Octavia alors qu’elle s'allongeait à moitié sur les cuisses de Vinyl, en regardant le plafond. Une mouche solitaire se baladait sur celui-ci, tournant en rond, essayant de s'échapper de sa propre prison. Toujours s'enfuir... Pensa Octavia, la mélancolie envahissait son esprit. Essayons-nous tous de nous enfuir ? Pourquoi ? Elle leva son sabot pour écraser l’insecte, mais s'arrêta. Ils ont tué Cornelio... Ils l’ont tué comme cette mouche, il était piégé, dans l’incapacité de s’échapper, il s’est débattu... De terribles images remplirent sa tête, et elle la secoua avec un gémissement, juste pour faire passer cette sensation. Il y avait tellement de ténèbres dans le monde, et si peu de lumière. Si peu d’amour. Si peu de liberté. Pourquoi ne pouvons-nous pas juste être libres ? Elle tapota légèrement la mouche et ouvrit la fenêtre. Sentant l’air frais, l’insecte s’envola, à travers la fenêtre, ne laissant aucune trace de sa présence.

Octavia avait besoin d’occuper son esprit avec quelque chose, quelque chose d’autre que la guerre, ou la mort. Elle soupira, sentant Vinyl la câliner plus fort. Elle avait besoin de parler pour sortir son esprit des ténèbres. Elle avait vraiment besoin de converser. Elle avait besoin de parler à Vinyl, de parler de quelque chose, de n’importe quoi...

« Je ne t’ai pas raconté comment j’ai obtenu ma cutie mark, n’est-ce pas ? » Demanda-t-elle à sa jument, qui bailla et secoua fébrilement sa tête.

« Non, Tavi, mais j’adorerais l’entendre » Répondit Vinyl avec un doux sourire, qui faisait se demander à Octavia si la pianiste l’écoutait avec intérêt ou désirait juste lui faire plaisir.

« Alors, comme tu vas bientôt rencontrer ma mère, il y a une chose qu’il faut que tu saches...” Octavia commença sur un ton qui fit s’emballer l’esprit de Vinyl. Attends, et si... C’était un vampire ? Ou un poney-garou ? Ou un poney-garou vampire ?! Pensa la pianiste avec peur.

« C’est une licorne, comme le reste de ma famille, » commença la violoncelliste, attirant l’attention de Vinyl, pendant que Tom regardait à travers la fenêtre, perdu dans ses pensées. « Mais je suis née différente. Je suis née en étant un poney terrestre, et pendant que le docteur disait que c’était tout à fait normal du point de vue de la génétique, mes parents étaient assez... choqués. » Voyant l’expression interrogative de Vinyl, Octavia agita ses sabots en l’air. « Ils étaient heureux, et ils n’ont rien contre les poneys terrestres, ou les pégases, surtout pas ! C’est juste que... » La violoncelliste soupira et ferma ses yeux. « Ils étaient vraiment confus quant à ce que mon talent spécial serait. » Octavia sourit. « Mère a toujours voulu que mon don soit en lien avec la musique; elle me disait que je chantais toujours des airs quand j'étais une petite pouliche, et à la hauteur parfaite. Mais... » Octavia frémit, faisant perdre à Vinyl son emprise sur elle. « Comme j’étais un poney terrestre, ma famille pensa qu’il serait inutile de m’apprendre à jouer d’un instrument de musique, comme je n’avais pas de magie, tout ça. Alors c’était entre les vocalises ou le business pour moi. Et Père était vraiment pour le business. »

Vinyl acquiesça, se souvenant de la dévotion d’Alexandro pour son occupation, mais elle pensa aussi à sa dévotion pour sa famille - une dévotion sans faille, mais pas aveugle: il adorait vraiment sa famille, et il avait des responsabilités pour eux.

« Jusqu'à ce qu’un jour, je trouve le violon et l’archet de Mère et essaye de jouer. Ou, pour être honnête, de m'amuser avec. » Octavia gloussa, secouant sa tête. « J'étais une pouliche - qu’est-ce que je peux dire. Mais quelque chose de magique se produisit... Enfin, je ne me rappelle pas exactement - mais ce dont je me souviens est que je sentis quelque chose comme si Celestia elle-même m’aidait à jouer et guidait mon sabot sur les cordes. J’ai joué pendant des minutes, ou des heures, jusqu'à ce que je me sente finalement fatiguée. » Octavia ouvrit ses yeux et regarda Vinyl, qui était vraiment intéressée par l’histoire. Wow, Tavi a vraiment eu une enfance intéressante... Pensa la licorne, un petit peu de jalousie rampait dans son âme lorsqu'elle pensa à son propre passé misérable. Non, Vinyl. Tu n'es pas jalouse de ta jument, dit elle pour s'avertir, bannissant ce sentiment sur la Lune.

« Quand j’ai ouvert mes yeux, j’ai vu l’air choqué des mes deux parents, et une cutie mark en forme de clé de sol sur mon flanc » conclut Octavia. « La musique pour les violons est généralement écrite avec une clé de sol. Alors on peut dire que mon don est pour la musique, pas juste le violoncelle, tout comme le tien n’est pas juste pour le piano. »

Vinyl acquiesça, son cerveau analysant les informations. Quelque chose la dérangeait, quelque chose ne semblait pas à sa place, quelque chose de distant...

« Attends un peu, Tavi. Tu dis que toute ta famille est constituée de licornes, à part toi ? » Affirma Vinyl.

Octavia acquiesça. « Oui ? Pourquoi ? »

La licorne tendit son sabot, le pointant vers Tom, qui était toujours dans la même posture, tel une statue pétrifiée. « Mais... Tom est un poney terrestre. » Elle leva ses sourcils, pour marquer sa confusion.

« C’est parce que je ne suis pas son vrai frère. » Répondit l’étalon, ne tournant pas sa tête vers les juments, son sabot frottant son menton alors que ses yeux étaient fixés sur quelque chose dans le ciel.

Que... Quoi ? Vinyl se sentit confuse, mais avant qu’elle ne puisse demander quoi que ce soit, Tom tourna sa tête vers elle, son regard était vague et fatigué.

« Cornelio m’a trouvé alors que je n’étais qu’un poulain, et me présenta à la famille. » Dit-il, inspectant son sabot avec soin. « Mes parents m’ont jeté dehors, j'étais un fardeau pour eux... » Vinyl déglutit en faisant le rapprochement avec sa propre expérience. « Au début, je ne l’aimais pas trop mais, tu sais, vivre dans une maison est toujours mieux que de vivre dans la rue. » L’étalon gloussa tristement.

« Je sais... » Murmura Vinyl. « Je ne le sais que trop bien... »

« Mais j'ai vite appris à bien l’aimer » Tom continua, n’ayant pas entendu (ou prétendant ne pas avoir entendu) la remarque de Vinyl. « Et rapidement, je suis vraiment entré en connexion avec la famille. Alexandro devint mon père, et Sofia ma mère, tout comme Cornelio a toujours été... » Il déglutit « Et sera toujours un frère pour moi. Lorsqu'Octavia est née, je l’ai accueillie comme ma sœur. »

Octavia se leva de son siège et s’approcha de Tom, lui faisant un câlin. « Et tu seras toujours mon frère - mon vrai frère, Tom. » Dit-elle en plongeant son museau dans la fourrure de l’étalon.

Le poney brun lui tapota l’épaule, son regard fixé sur quelque chose à l’extérieur, juste à l’extérieur de la fenêtre, hors de portée. Octavia leva sa tête, alors que Vinyl regardait déjà.

Le ciel était noir; mais il n’était pas couvert de nuages, comme Manehattan l’était d’habitude. Un nombre incalculable de pégases étaient en train de voler dans le ciel, manœuvrant et maintenant leur formation, volant dans une même direction - l’Est. La frontière avec Zebrica. Les juments regardaient avec crainte et peur ces soldats entraînés et armés jusqu’aux dents avancer dans le ciel pour parvenir à leur but commun.

« Pour sauver notre pays. » Murmura Octavia, pensant tout haut.

Vinyl secoua sa tête tristement. « Pour sauver nos dirigeants. » Elle avait mieux à faire que de croire à cette propagande patriotique. Après tout, les guerres étaient menées pour le pétrole; gaspiller des âmes pour du pétrole était devenu une tendance terrifiante ces temps-ci, pensa-elle sombrement.

Tom regarda les deux poneys musicaux et les observa une seconde avant de parler.

« Pour tuer. »

Vous avez aimé ?

Coup de cœur
S'abonner à l'auteur

N’hésitez pas à donner une vraie critique au texte, tant sur le fond que sur la forme ! Cela ne peut qu’aider l’auteur à améliorer et à travailler son style.

Chapitre précédent Chapitre suivant

Pour donner votre avis, connectez-vous ou inscrivez-vous.

Aucun commentaire n'a été publié. Sois le premier à donner ton avis !

Nouveau message privé